of 7

C. BONNET 1, J.J. PERRIN 2 SUMMARY. Keywords : mesodissolution, mesodrain, cellulitis, hypo-osmolarity, lipolysis.

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
La MÉSODISSOLUTION et le MÉSODRAIN, LYSE ADIPOCYTAIRE et DRAINAGE. MÉTA-ANALYSE MULTICENTRIQUE sur CAS MESODISSOLUTION and MESODRAIN, LIPOCYTE LYSIS and DRAINAGE. META-ANALYSIS on PATIENTS
Transcript
La MÉSODISSOLUTION et le MÉSODRAIN, LYSE ADIPOCYTAIRE et DRAINAGE. MÉTA-ANALYSE MULTICENTRIQUE sur CAS MESODISSOLUTION and MESODRAIN, LIPOCYTE LYSIS and DRAINAGE. META-ANALYSIS on PATIENTS C. BONNET 1, J.J. PERRIN 2 RÉSUMÉ La mésodissolution est un nouveau traitement mésothérapique de la cellulite qui vient étendre ses indications. Elle est le résultat de travaux cliniques, biologiques et échographiques réalisés depuis plus de 2 ans et sur plus de patients. Nous pouvons enfin traiter les cellulites œdémateuses, adipocytaires et fibreuses par la triple action de cette nouvelle technique. Le principe consiste en des injections hypodermiques localisées d un mélange hypo-osmolaire lipolytique bien défini et des injections dermiques d un mélange drainant. Nous obtenons ainsi la combinaison de 3 actions primordiales, antiœdémateuse circulatoire (mésodrain), lipolytique et défibrosante (mésodissolution). Mots-clefs : mésodissolution, mésodrain, cellulite, hypo-osmolarité, lipolyse. SUMMARY Mesodissolution is a new mesotherapic treatment of the cellulitis which comes to extend the indications. It is the source of clinical, biological and echographic work completed since more than two years and more than patients. We can finally treat the fibrous cellulitis by the lipolytic action of this new technique. The principle consists of localised hypodermic injections of a mixture hypo-osmolar and circulatory dermic injections. We thus obtain the combination of 3 paramount actions, anti oedema circulatory (Mesodrain) and lipolysis and antifibrosis (Mesodissolution). Keywords : mesodissolution, mesodrain, cellulitis, hypo-osmolarity, lipolysis. Dès sa naissance, la mésothérapie a eu essentiellement deux axes d applications cliniques : l appareil locomoteur avec des travaux nombreux [1, 2] qui ont abouti au DIU sur la douleur ; la médecine esthétique [1] avec des résultats empiriques, mais sans travaux significatifs soutenus par des preuves paracliniques visualisées. Aujourd hui, c est chose faite avec une enquête descriptive sur les hydrolipodystrophies comprenant des mesures cliniques et des mesures paracliniques à l échographie, et avec une technique appelée «mésodissolution hypo-osmolaire» [3-6]. En effet, jusqu à ces dernières années, nous avions utilisé les mélanges pharmacologiques habituels proposés par les mésothérapeutes : lidocaïne1 % ou procaïne, buflomédil pour son effet vasodilatateur, calcitonine pour ses effets anti-inflammatoires et vasodilatateurs, étamsilate pour la composante veineuse, vitamine C comme antiradicalaire, caféine pour son éventuel effet lipolytique. Précisons dès maintenant que nous n utilisons pas les produits illégaux (sans AMM française de l AFSSAPS). Jusqu ici, les résultats en mésothérapie dans la cellulite étaient aléatoires [7], variables, du fait que nous ne disposions pas d appareils de mesure fiables de l hydrolipodystrophie, que les mélanges et les techniques n avaient pas fait l objet d un protocole consensuel et contrôlable. Aussi, lorsque nous nous sommes intéressés à des travaux Américains et Français sur le traitement de la «cellulite» par des solutés hypo-osmolaires, nous avons tenté de coupler ce procédé à la mésothérapie, en l adaptant sur le plan des techniques et des mélanges afin d obtenir la meilleure synergie possible. Les travaux Américains les plus intéressants sont ceux du Pr. Stevin M. Hoefflin [8, 9], directeur du Département de Chirurgie plastique de l École de Médecine de Los Angeles (UCLA), intitulés «Hypotonic pharmacological lipo-dissolution», publiés en , route de Mantes BUCHELAY. 2. 7, rue d Estienne d Orves SAINT-QUENTIN. Éditions Phlébologiques Françaises, vol. 61, n 3/2008, p PHLÉBOLOGIE 2008, 61, N 1, En France, c est surtout le Dr Bernstein [10], à partir de la même année, qui va mettre au point ce concept hypo-osmolaire et codifier une technique dite «lipotomie». Le principe de base est simple et séduisant : en injectant un soluté hypo-osmolaire dans le tissu graisseux sous-cutané, on le détruit par gonflement (Figs 1, 2), puis éclatement des adipocytes sous l effet du différentiel de l osmolarité physiologique (environ 300 mosm/l) et du soluté hypo-osmolaire injecté (par exemple à 90 mosm/l) en regard de la zone «cellulitique» [11]. Fig. 1. Aspect au microscope 3D des adipocytes Fig. 2. Aspect histologique des adipocytes Les auteurs Américains et Français revendiquent depuis 1997 des résultats significatifs en nombre, sur le plan de l efficacité, sur le plan de la tolérance locale et générale. Nous nous sommes donc inspirés du procédé en l adaptant à la mésothérapie, aussi bien sur le plan technique (profondeur et nombre d injections) que sur le plan des mélanges injectés pour avoir les meilleurs résultats possibles. En effet, nous avons constaté d emblée que ces techniques des injections de solutés hypo-osmolaires ne correspondaient pas à la «Culture Méso» : en particulier des multi-injections très profondes, avec des aiguilles pour intramusculaires ou des trocarts, injectées en sous-cutané ; des corticoïdes (mélanges Américains) ; de gros volumes (500 à cc). De plus nous avions l habitude en mésothérapie de traiter à la fois la composante œdémateuse (avec succès) et la composante adipocytaire (sans action significative prouvée). C est ainsi que, dans notre étude préliminaire, nous avons observé que l action lipolytique de la mésothérapie sur la cellulite était nettement améliorée par ce procédé hypo-osmolaire [12], cette double action étant confirmée par des examens échographiques. A ce niveau des constatations cliniques, nous avons voulu tirer des déductions significatives pour évaluer la part de la mésothérapie classique et la part du soluté hypo-osmolaire à travers une enquête épidémiologique descriptive. Nous avons alors préparé des mélanges judicieux hypo-osmolaires à partir d eau pour préparation injectable, de lidocaïne à 1 %, de calcitonine de saumon 100 UI, de thiocolchicoside et de vitamine C en vue d obtenir : une osmolarité totale du mélange de 90 à 120 mosm/l, afin de garder un bon différentiel (tissu gras-plasma sanguin) ; une action sur la microcirculation, désinfiltrante, vasodilatatrice et anti-œdémateuse ; un effet lent et progressif pour respecter la notion de «libération prolongée» en mésothérapie. A nos mensurations cliniques classiques (tour de taille, tour de cuisse, épaisseur du pli cutané, etc.), nous avons ajouté des examens échographiques pour visualiser l action de ce procédé thérapeutique sur la composante circulatoire (œdémateuse) et la composante graisseuse (adipocytaire) de l hydrolipodystrophie. Nous avons constaté sur les plans clinique et paraclinique (échographie) une corrélation significative de l action de la mésodissolution sur l effet «désinfiltrant» (anti-œdémateux) et sur l effet «amincissant» (lipolyse des amas graisseux). + Les premières observations sur des lots pilotes (130 cas) nous ont indiqué que les résultats cliniques les plus encourageants se situaient au niveau : de la hanche (EIAS) : 8,6 cm (tour de taille), de la cuisse : 3,3 cm, du pli cutané proprement dit : 1,3 cm. Les résultats de l échographie sont également significatifs : réduction de 30 % du tissu graisseux. Une échographie classique montrait l effet lipolytique (amincissant graisseux) dans l hypoderme et une échographie hautes fréquences (dermascan) mesurait la densité du derme, densité dont on peut déduire l effet plus ou moins «désinfiltrant» d un traitement anti-cellulitique. + une deuxième étude clinique sur un 2 ème lot de 500 observations (Enquête épidémiologique multicentrique, Faculté de Paris, Faculté de Bordeaux, centres privés) confirmait les premiers résultats (Figs 3, 4) : 85 % de bons résultats, 30 % de réduction de l épaisseur du tissu graisseux à l échographie (Figs 5, 6), perte de 2à10cmsurletour de taille (moyenne 6cm),de3à5cmsurletour de cuisse (moyenne 4 cm), de 10 à 13 mm sur le pli cutané (moyenne 11 mm). 298 PHLÉBOLOGIE 2008, 61, N 3, Fig. 3. Aspect clinique après 6 séances, sans modification de poids (avant à gauche, après 6 séances à droite) Fig. 4. Aspect clinique avant et après 6 séances, sans modification de poids Fig. 5. Réduction du tissu graisseux avant et après mésodissolution PHLÉBOLOGIE 2008, 61, N 3, Fig. 6. Réduction du tissu graisseux avant et après mésodissolution Aucune perturbation des bilans biologiques n a été observée. + Troisième étude clinique sur un 3 ème lot, cumulée depuis 2005 jusqu à 2008, sur cas mesurés, confirmant les résultats retrouvés. Cette troisième étude de pharmacovigilance confirme que le rapport bénéfice/risque est excellent. Les mesures cliniques totalisent ainsi les deux actions : anti-œdémateuse (désinfiltrante) du derme et lipolytique (désagrégation graisseuse) de l hypoderme. C est la raison pour laquelle nous avons utilisé la technique mixte : DHD (6 à 10 mm de profondeur) en hypodermique strict, et IED ou IDS (1 à 2 mm de profondeur) en nappage ou épidermique. Nous n utilisons pas actuellement la caféine par voie injectable car aléatoire dans son osmolarité, sa tolérance, en fonction de sa fabrication (de hypoosmolaire à hyper-osmolaire selon les marques). Par ailleurs nous avons constaté l intérêt thérapeutique du thiocolchicoside, qui semble agir comme «défibrosant», surtout intéressant dans la forme «cellulite fibreuse», ce qui améliore la texture du derme et facilite sa restructuration, mais aussi grâce à son radical thiol. En ce qui concerne les effets dits indésirables, il convient d insister sur la très bonne tolérance de la technique dans son ensemble. Néanmoins il y a lieu de signaler quelques hématomes minimes et passagers comme dans tout traitement de mésothérapie. On a remarqué également quelques nausées minimes et passagères, qui témoignent de l effet «calcitonine» lorsqu elles sont immédiates et du phénomène lipolytique, car la destruction des adipocytes donne parfois quelques nausées, retardées dans ce cas. Un effet légèrement anorexigène est parfois signalé dans les 24 heures après la séance, ce qui est considéré comme un avantage par les patientes. Compte tenu des énormes avantages des calcitonines dans le traitement des hydrolipodystrophies, on peut, en cas de nausées invalidantes, supprimer la calcitonine du mélange mésodissolution (hypodermique) et l ajouter au mélange mésodrain (dermique superficiel) afin d éliminer cet inconfort. C est pour cela que nous avons élaboré un arbre décisionnel (Fig. 7). Quant aux douleurs minimes et très fugaces qui suivent parfois les injections, elles témoigneraient de la destruction des adipocytes (et cela voudrait dire que nous avons pour ainsi dire un test thérapeutique positif) ou tout simplement en raison de la technique d injection. 300 PHLÉBOLOGIE 2008, 61, N 3, Fig. 7. Arbre décisionnel thérapeutique Ainsi, pour agir sur les deux composantes du derme (aspect anti-œdémateux) et de l hypoderme (aspect lipolytique), nous utilisons l association des produits méso dans un soluté hypotonique, d une part, et la technique mixte d autre part. Les lieux d injection peuvent être multiples et adaptés au patient et à ses amas graisseux, les cuisses, le ventre, les hanches, le dos, les genoux, le menton, le jabot, les bajoues, les kystes (Figs 8-10). Fig. 8. Mésodissolution du menton Les quantités injectées par séance ne dépassent pas 40 cc et de préférence sur une même zone traitée. Le nombre de séances varie de 6 à 10, à raison de une par semaine. Il est important d injecter dans le bon tissu, l hypoderme pour la mésodissolution (Fig. 11) et le derme pour le mésodrain, afin d éviter le passage dans la circulation générale et de garder l effet mésothérapie. Un traitement commencera toujours par une séance de mésodissolution couplée à un mésodrain, en utilisant les 2 mélanges différents correspondants. Par la suite, cette séance de drainage pourra se faire à raison d une fois par mois. Le mésodrain [13] utilise des mélanges veinotoniques, vasodilatateurs et anti-œdémateux et son effet sur la microcirculation garantit une efficacité remarquable sur l insuffisance veineuse et lymphatique. Le confort clinique commence dès la première séance de mésothérapie et dure au moins un mois. Le patient est nettement plus soulagé que par ses traitements allopathiques habituels. Le mésodrain se fait en nappage superficiel ou en épidermique en suivant les axes vasculaires latéraux et PHLÉBOLOGIE 2008, 61, N 3, Fig. 12. Mésodrain et axes vasculaires Fig. 9. Mésodissolution d un kyste Fig. 13. Amélioration du traitement après 6 mois Fig. 10. Mésodissolution jabot Fig. 11. Zones de mésodissolution en dermo-hypodermique postérieurs des membres inférieurs, ainsi que sur la zone traitée (Fig. 12), avec un mélange associant lidocaïne, pentoxifylline et étamsilate. Les facteurs complémentaires qui majorent les effets «désinfiltrant» et «lipolytique» de la mésodissolution sont essentiellement les massages en «masser palper rouler» avec une crème minceur caféinée à 5 %. Après un recul de 3 ans, nous avons pu remarquer la persistance voire une majoration des effets bénéfiques à long terme [14] de la mésodissolution. Il semble qu une séance d entretien, mésodissolution et mésodrain, tous les 1à2moisapporte de meilleurs résultats (Fig. 11). 302 PHLÉBOLOGIE 2008, 61, N 3, CONCLUSION Cette nouvelle technique nous permet d augmenter largement notre efficacité sur la prise en charge de la cellulite, dans toutes ses composantes, et peut compléter des techniques chirurgicales, en post-liposuccion par exemple. L association mésodissolution et mésodrain est déterminante pour l efficacité à la fois anti-œdémateuse, désinfiltrante et lysante. Cette technique doit être bien assimilée et nécessite une rigueur dans la préparation des mélanges et la technique d injection. Nous pensons qu il est important de se former dans des ateliers pratiques pour que les résultats soient à la hauteur des espérances des patients et des prescripteurs. RÉFÉRENCES 1. Bonnet C., Mrejen D., Perrin J.J. La mésothérapie en médecine esthétique et médecine générale. Édition mésodiffusion 2003 ; 328 p. 2. Lavignolle B., Perrigot M., Delamarque A. Apport de la mésothérapie dans le traitement des hydrolipodystrophies. A propos de 450 cas. Mémoire Université Bordeaux 2, Paris IV ; 92 p. 4. Bonnet C., Perrin J.J. Mésodissolution hypo-osmolaire : «enfin ça marche». J Méd Esth et Chir Derm 2006 ; 129 : Bonnet C. Hypoosmolare Mesodissolution. Rev Esth Russian 2006 ; 4 : Bonnet C., Perrin J.J. La mésodissolution hypo-osmolaire : nouveau traitement lipolytique, effets sur l hydrolipodystrophie. Mémoire DIU méso Paris 2006 ; 25 p. 7. Blanchemaison P. Vaincre la cellulite. Édition Albin Michel 2005 ; 154 p. 8. Hoefflin S.M. Lipoplasty with hypotonic pharmacology, lipodissolution. Aesthetic Surg 2002 ; 22 : Hoefflin S.M. Hypotonic pharmacology, lipodissolution, perspect. Plastic Surg 1999 ; 13 : Bernstein. La lipotomie. Congrès de médecine esthétique AFME janvier Bachelier J.L. Traitement des hydrolipodystrophies localisées par cellulolipolyse. Étude sur cas. Tempo médical 1990 ; 382 : Bonnet C., Pasquini B., Perrin J.J. La mésodissolution. AMME 2006 ; 1 : Bonnet C., Pasquini B., Perrin J.J. Mésodissolution hypo-osmolaire et hydrolipodystrophie. Cong Soc Franc Meso 2006 ; 5 : Bonnet C. La mésodissolution. Rajeunir 2007 ; 4 : Bonnet C., Perrin J.J. Mésodissolution hypo-osmolaire et hydrolipodystrophie. Rev. Mésothérapie 2005 ; 124 : PHLÉBOLOGIE 2008, 61, N 3,
Related Search
Advertisements
Related Docs
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks