of 20

CHAPITRE 16 Stanley J.WOOLAMS

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
CHAPITRE 16 Stanley J.WOOLAMS Je suis thérapeute en A.T, cependant, quand je fais de la thérapie, je passe parfois de longues périodes sans prononcer le moindre mot ou la moindre expression A.T. De temps
Transcript
CHAPITRE 16 Stanley J.WOOLAMS Je suis thérapeute en A.T, cependant, quand je fais de la thérapie, je passe parfois de longues périodes sans prononcer le moindre mot ou la moindre expression A.T. De temps en temps, je fais une remarque sur une méconnaissance, un racket, un état du moi, une décision, mais pas souvent. Alors pourquoi est-ce que je me définis comme thérapeute en A.T? C'est parce que je pense A.T. Tout ce que je fais en thérapie est centré autour d un seul concept clé d A.T, et de plusieurs autres qui en découlent logiquement. Ainsi, même si je ne parle pas A.T, je pense et fonde mes décisions de traitement sur les concepts d A.T. La question de base est : quelles décisions le client a pris à propos de comment vivre sa vie en grandissant, décisions à l origine des comportements et des sentiments qu il ou elle a à présent et veut changer. Ces décisions de scénario ont déterminé des schémas de comportements et de sentiments sources de problèmes actuels. Je vois la thérapie comme un processus qui facilite au client de nouveaux et désirables schémas de comportement et de sentiments, ainsi que de nouvelles décisions de scénario. Par conséquent, je cherche d abord des informations sur les décisions de scénario originelles, puis utilise différentes méthodes pour aider le client à changer dans le sens qu il désire. Les autres concepts d A.T. importants que j utilise sont : le contrat, les Etat du Moi, la méconnaissance, le racket, les strokes, et les 3 P Protection, Permission, Puissance. Le contrat est fondamental. C est un accord entre le client et le thérapeute au sujet des comportements et/ou sentiments que le client n aime pas et veut changer pour de nouveaux comportements et/ou sentiments désirables. Remarquez bien que le client et le thérapeute s accordent sur le contrat. Un contrat est bilatéral. Le client doit le vouloir, et je dois l apprécier. Il est important que nos Etats de Moi Adulte trouvent que le contrat a du sens. Cela signifie aussi que le contrat doit interpeller et exciter l Enfant Libre chez nous deux. Ceci est particulièrement vrai pour le client. Si son Enfant Libre n accepte pas le contrat, il n emploiera pas son énergie à changer. Page 1 sur 31 En effet, pourquoi le devrait-il? Le changement devrait être là pour l Enfant Libre. Sur le plan du développement, l Enfant Adapté prend des décisions de scénario parce que l Enfant Libre ne peut pas avoir ressenti ce qu il désire ou ne peut pas avoir besoin sans risque excessif. Par conséquent, je m intéresse à aider les gens à aller dans leur Enfant Libre et à sortir de leurs comportements et sentiments de substitution. Un indicateur fiable que le contrat du client est pris par son Enfant Libre est que, non seulement il a du sens selon mon Adulte, mais qu il semble bon aussi à mon Enfant Libre. Si ce n est pas le cas, j ai observé que le client était en général dans son Enfant Adapté. Par contre, ce n est pas parce qu il me semble bon que c est forcément un bon contrat. Il doit convenir au client aussi. Il ne peut pas être intéressé par ce qui excite mon Enfant. Il est possible aussi qu il ne soit pas encore prêt («j ai encore trop peur»). Comme je l ai déjà démontré plus haut dans mon exposé sur les contrats, les Etats du Moi sont très importants. En effet, le diagnostic précis des Etats du Moi est la base d une bonne thérapie. Si je pense que le client est dans son Enfant Libre quand il est dans son Enfant Adapté, il est alors probable que je fasse des interventions déplacées et renforce les mauvais comportements et sentiments. Une connaissance approfondie du développement normal des enfants permet d être vigilant pour différencier l Enfant Libre de l Enfant Adapté (par exemple, l Enfant Libre quand il est triste va pleurer très fort, alors que l Enfant Adapté peut sangloter doucement). Si je pense que j ai été Parent Nourricier quand j ai, en fait, été Parent Normatif, il est probable que je sois inefficace ou pire. Plus subtilement, si je pense que je suis Parent Nourricier positif alors que je suis en fait sauveteur, j empêche le client d évoluer. Pour faciliter le diagnostic, on peut utiliser n importe quelle forme expérimentale de thérapie existante. J utilise les techniques de la Gestalt, rêve/fantasme pour faire vivre au client plus intensément ses sentiments et aussi être plus en contact avec l Etat du Moi dans lequel il se trouve. Il est vital que le thérapeute soit conscient des méconnaissances et altérations de la réalité. Je méconnais et encourage subtilement votre comportement de scénario si je vous vois comme une âme en peine, trop faible pour changer ; je ne confronte pas alors votre voix gémissante ou ne vous demande pas si vous avez accompli ce à quoi vous étiez engagé par contrat. Je méconnais si je vous permets de ne pas répondre à une question alors que je sais que vous l avez entendue. Nous nous comporterions alors comme si notre interaction n avait jamais eu lieu. Une personne méconnaît chaque fois qu elle poursuit son scénario, car elle se comporte comme si elle devait poursuivre des décisions prises des années auparavant, quand les circonstances Page 2 sur 31 étaient complètement différentes. L idée de méconnaissance est similaire à l idée psychanalytique de transfert, les deux sont altérations de la réalité. Dans mon premier exemple de méconnaissance, où je voyais le client comme une âme trop faible pour changer, je le faisais probablement parce que le client me rappelait une figure importante du passé qui se comportait ainsi. Ainsi, j ai transféré un objet de mon passé dans le présent comme fondement de ma méconnaissance. Un client qui dit à tort «vous ne m aimez pas», méconnaît car en fait, sa mère ne l aimait pas, il a «mis le visage de sa mère» sur moi, et a une réaction de transfert avec moi. La thérapie, est un processus pour aider le client à arrêter les méconnaissances, c est-à-dire à prendre de nouvelles décisions pour vivre dans le présent et ne pas transférer des visages du passé sur des gens du présent. Les sentiments rackets sont des sentiments inadaptés auxquels on arrive par méconnaissance, ils ne mènent pas à des comportements utiles. Il y a 3 types de base de sentiments rackets, et chacun est lié à une position sur le triangle dramatique de Karpman. Le Persécuteur a pour méconnaissance «je suis mieux que vous, et/on vous êtes inférieurs, par conséquent je pourrais vous persécuter». Il ressent de la colère ou un sentiment de supériorité. Le Sauveur a pour méconnaissance «je sais mieux que vous, et/ou vous êtes à côté de la plaque, donc je devrais vous aider». Il ressent attention et pitié. La Victime a pour méconnaissance «je suis impuissant, et/ou vous êtes mieux que moi donc vous pourriez me persécuter ou devriez m aider». Il ressent tristesse ou peur. Le Persécuteur et le Sauveur essaient d éviter d être une Victime, qui est la position de base. Une personne dans un sentiment Racket,non seulement méconnaît, mais poursuit un scénario négatif. Les concepts de Protection, Permission et Puissance guident le thérapeute pour établir un environnement optimal afin que le client fasse son travail de changement. Pour changer, un client doit non seulement vouloir changer mais se sentir en sécurité. C est le travail du thérapeute de procurer les 3P en quantité suffisante pour développer le sentiment de sécurité du client. En deux mots (je disserterai là-dessus plus tard), le thérapeute procure la Protection en établissant une structure de thérapie qui protège contre les blessures physiques et émotionnelles. Page 3 sur 31 La Permission de changer est donnée quand le thérapeute laisse le client savoir que c est OK de rompre avec son scénario, de se comporter et avoir des sentiments différents. Finalement, la Permission et la Protection doivent être données avec Puissance pour être efficaces. Les strokes sont des unités d attention. Les clients viennent en thérapie parce qu ils ont l habitude de recevoir plus de strokes négatifs qu ils ne voudraient et qu ils veulent apprendre à recevoir des strokes positifs. C est le travail du thérapeute d aider le client à apprendre ce savoir-faire, et il peut le promouvoir par sa propre utilisation des strokes positifs et négatifs. Comment je suis arrivé de là à ici? Le chemin que je suis, pour aider le client à changer son scénario est formé par l histoire de mon propre développement en tant que personne, en tant que thérapeute et par quelques principes particuliers que j ai développés concernant la théorie et la pratique. Pour illustrer comment je procède en thérapie, je vais décrire mon comportement et exposer au passage les questions que je considère importantes. J ai été éduqué, comme tous les thérapeutes que je connais, à être Sauveur, à travailler dur, à avoir le désir d accomplir quelque chose qui en vaille la peine, et, finalement, à être curieux. J ai résolu ceci en allant à l école de médecine avec l intention de devenir psychiatre. A l école de médecine, et pendant mon année d internat, j ai appris à être raisonnablement à l aise avec la responsabilité des gens dont je devais m occuper. Cela n aida pas mes tendances sauveuses, mais cela m a appris à être consciencieux dans ce que je fais et m a préparé au concept d A.T de Protection. Mes antécédents médicaux m ont aussi aidé à développer ma Puissance comme thérapeute, car le médecin est entraîné à être responsable, à diriger, et à vérifier que quelque chose a été fait. Malheureusement, l école de médecine et l internat ont aussi renforcé mon schéma de travailler dur. Ensuite j ai continué une formation psychiatrique d interne. Mon école de médecine et ma formation d interne étaient toutes les deux à l université de Michigan. Tout à fait par hasard, au tout début de ma formation, j ai été assigné à un service où la thérapie de groupe était une partie importante du programme. J ai démarré avec un intérêt égal pour la thérapie individuelle et la Page 4 sur 31 thérapie de groupe. Ceci m a permis d éviter le préjugé habituel contre la thérapie de groupe que la plupart des psychiatres ont. Selon mon expérience, la plus grande résistance à la thérapie de groupe, appartient au thérapeute. Si le thérapeute croit que la thérapie individuelle est supérieure et n attend pas du client qu il travaille autre chose que les problèmes superficiels en groupe, alors le travail de groupe ne peut pas s approfondir étant donné que c est le thérapeute qui initie le rythme et le l orientation du travail de groupe. Si le thérapeute considère que certains domaines spécifiques tels que la sexualité, les problèmes de transfert, working though, et autres ne devraient pas, ou ne peuvent pas être travaillés en groupe, ils seront évités. Ce que le thérapeute peut faire pour saboter son travail de groupe est de ne pas répondre à une déclaration particulière, ou plus manifestement à dire «travaillons cela en séance individuelle», ou simplement à acquiescer quand le client dit «je ne peux pas parler de cela ici». J ai observé que la très grande majorité des gens (95%) vont travailler en groupe aussi bien et souvent même mieux qu en individuel. La thérapie de groupe a plusieurs avantages sur la thérapie individuelle : 1. C est l opportunité pour des réactions de transfert plus nombreuses et variées. 2. Un soutien pour travailler sur le transfert vis-à-vis du thérapeute et les autres personnes du groupe. 3. C est aidant pour traiter les problèmes de contre-transfert du thérapeute. 4. Ce que le client fait avec les autres est immédiatement observable, de sorte que l information est directe sur les Etats du Moi, les transactions, les jeux 5. Un plus grand soutien est apporté pour travailler sur des problèmes de domaines particuliers (la sexualité, la confiance, les parents ), car presque à chaque fois une autre personne du groupe a un problème similaire. 6. Une fois qu une personne a ressenti un sentiment très fort à propos de quelque chose, il est plus facile pour la personne suivante de ressentir ce sentiment (contagion). 7. Plus d informations sur des questions externes, et sur ce qui se passe dans le groupe sont données. Page 5 sur 31 8. On peut travailler dur sur un problème particulier dans le groupe. Quand un client prend une décision pour un nouveau comportement, il y a des personnes sur place avec qui il peut le mettre en pratique. 9. Un soutien entre les séances est possible avec les autres membres du groupe, le thérapeute n est pas seul à apporter un soutien. 10. Plus de strokes pour chacun. 11. Il y a moins de pression sur le client et moins de temps perdu. En thérapie individuelle, le client, en général, travaille 50 minutes ou une autre durée arbitraire de temps, même s il se trouve qu il peut arrêter au bout de 10 minutes. En groupe, le thérapeute peut passer à quelqu un d autre pour laisser le client réfléchir tout seul et revenir une deuxième et une troisième fois au client quand il est prêt à aller plus loin. Toute la concentration, l intensité, et l attention individuelle qu on a en thérapie individuelle peut exister avec le groupe et aussi avec un client sur son contrat individuel. Beaucoup des avantages d un groupe-processus (qui s attache avant tout à l interaction entre les membres) sont perdus si on ne fait que de l individuel. Cependant, dans un groupe qui fonctionne bien, il est plus efficace de donner de l importance au travail individuel. Je vois pratiquement tous mes clients en groupe en début de thérapie. J en vois aussi quelques-uns en thérapie individuelle parce qu ils ont besoin d un contrat en plus (de Protection) et peuvent employer leur temps profitablement. Un client occasionnel est pris en individuel quand le groupe est perçu comme trop éprouvant. Par exemple, un client a vécu tous les gens du groupe comme des membres de sa famille, il n en aurait donc rien tiré pour lui-même. La psychanalyse Ma formation d interne en 3 ans était d orientation psychanalytique. Cela m a bien aidé car l approche dynamique concernant le développement psychanalytique m a beaucoup appris sur les gens. J ai aussi beaucoup appris sur l écoute et l observation. Je me souviens surtout de la Permission que j ai reçue pendant cette période, d un de mes enseignants, Andrew Watson (docteur en médecine) d utiliser ma propre réflexion créative (mon Petit Professeur) et plus seulement à juger d après les livres. J ai aussi commencé mon analyse personnelle, qui a duré 6 ans. De cette expérience, j ai appris plusieurs choses. Page 6 sur 31 Tout d abord, j ai reçu un Parent Nourricier supplémentaire de quelqu un qui pendant longtemps m écoutait confortablement dire des choses insensées et terribles. J ai aussi beaucoup appris la patience pour permettre au processus de changement d avoir lieu. Ceci m a beaucoup aidé. Ainsi je n ai pas tendances à speeder (presser) mes clients, et je ne casse pas leur moral quand ils ne changent pas rapidement ou aussi vite qu ils le devraient (selon les experts et ceux qui ont écrits sur le sujet). D autre part, je sentais que la psychanalyse avait été trop lente et que j aurais pu évoluer plus rapidement avec un style d intervention différent. Tout spécialement, j avais conscience que beaucoup de choses se passaient dans mon corps et celui-ci me paraissait négligé. Ainsi, après avoir fini mon internat et accomplit 2 ans de service dans l armée de l air, j étais prêt à apprendre de nouvelles choses pour aider les gens et moi-même à changer. Eric Berne voyageait dans les environs. J ai assisté à une conférence et ai été excité par ses intéressantes idées au sujet des Etat du Moi, des Jeux, et ses ingénieuses idées sur comment intervenir sur le Scénario. Par hasard, j ai découvert peu de temps après que Claude Steiner travaillait dans le même lieu que moi, et je lui ai demandé d animer un groupe avec moi. Nous l avons fait pendant plusieurs mois, jusqu à ce qu il retourne en Californie. Cette expérience, bien que courte, fut positive, et ainsi en 1965, j ai rejoint l Association Internationale d Analyse Transactionnelle (ITAA). Cependant, Claude Steiner étant parti, et l AT que j avais intégré étant essentiellement pour la tête, mon intérêt s est orienté ailleurs. D abord, je suis allé à des rencontres, et aux mouvements humanistes. J ai travaillé avec Georges Bach et ai appris, entre autres choses, beaucoup sur les Marathons, que j utilise à présent de façon plus souple, en thérapie et en formation. Bien qu à mes premières expériences de marathons on ne dormait pratiquement pas, je fais maintenant des marathons de 2 à 7 jours avec des pauses régulières pour manger, s amuser, et dormir. En raison d une influence plus tardive en A.T (avec les Haimowitz et les Goulding), je ne m intéresse plus à briser les défenses par le manque de sommeil, mais à la place, je veux procurer à mes clients l opportunité de laisser aller leurs défenses en toute sécurité. Un marathon permet cela, par un temps prolongé, de travailler sur un problème dans un environnement positif comportant de nombreux Strokes. Un individu en thérapie une fois par semaine a tendance à retourner à ses schémas défensifs usuels de comportements entre les séances jusqu à ce qu il établisse lentement (en général) un nouveau schéma qui non seulement le satisfasse mais aussi fonctionne. En psychanalyse, le client vient 3 à 5 fois par semaine, et cette Page 7 sur 31 fréquence est importante pour renforcer la Protection dont il fait l expérience. Le marathon renforce considérablement la Protection. En partie pour cela, j ai ajouté à mes séances de groupe régulier 5 heures, de sorte que les clients aient des périodes de temps plus longues pour se sentir en sécurité, pour travailler sur leurs contrats et établir de nouveaux schémas et comportements. Ce qu il y a de plus marquant dans la rencontre. Dans la rencontre, il y a une grande diversité de styles, mais il y a plusieurs éléments communs importants. Il y a la Permission d être créatif et d utiliser ses talents propres. Je crois que le talent et la personnalité du thérapeute est l élément crucial pour aider les autres à changer. Il n existe aucun système qui ait toutes les bonnes réponses. Par conséquent, plutôt que tout le monde apprenne comment faire une thérapie d une façon unique, il est important pour chaque individu d être exposé à différents styles de sorte que chaque thérapeute puisse développer ses talents particuliers. Une des choses que j aime particulièrement dans l AT, c est que, compte tenu que c est une théorie générale décrivant le comportement humain, elle peut employer des techniques de n importe quel autre système, confortablement à l intérieur de sa structure. De la rencontre, également, j ai eu ma première Permission de toucher mes clients. De ma formation orientée en psychanalyse, et d Éric Berne aussi, j avais appris à ne pas toucher mes clients. Toucher aurait interféré sur le transfert, et aurait créé un contre transfert, ce qui encouragerait la dépendance. De la rencontre et plus tard de la Gestalt, bioénergétique et autres sous-groupes à l intérieur de l AT, j ai obtenu la Permission de remettre cela en question et de changer d avis. En fait, pour dire ce qui est, toucher est normal. Ne pas toucher est donc anormal et par conséquent peut causer des distorsions au transfert. Si je ne touche jamais un client, il peut très vraisemblablement me voir comme rejetant, parent froid, et il peut alors avoir plus de difficultés à surmonter ce transfert car il aurait trop de réalité pour lui. Ceci est particulièrement vrai pour un client qui aurait eu un parent qui ne le touchait pas. Toucher peut certainement soulever des problèmes de contre transfert surtout si j ai des problèmes pour toucher les gens. Si je n ai pas été à l aise pour toucher ou être touché par mon père ou ma mère, je peux avoir des problèmes pour toucher mes clients. Egalement, si toucher des femmes (hommes) me met mal à l aise à cause de mes désirs sexuels, ou des peurs, là encore je vais avoir du mal à toucher mes clients. Page 8
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks