of 8

Le nom des naksatrani en tibétain

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
Le nom des naksatrani en tibétain Guillaume Jacques To cite this version: Guillaume Jacques. Le nom des naksatrani en tibétain. Revue d Etudes Tibétaines, CNRS, 2007, pp halshs HAL Id: halshs
Transcript
Le nom des naksatrani en tibétain Guillaume Jacques To cite this version: Guillaume Jacques. Le nom des naksatrani en tibétain. Revue d Etudes Tibétaines, CNRS, 2007, pp halshs HAL Id: halshs Submitted on 14 Mar 2007 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. Le nom des nakṣatrāṇi en tibétain Guillaume Jacques, Université René Descartes - Paris V / CRLAO Les civilisations indienne et chinoise ont un système de vingt-sept ou vingthuit constellations situées le long de l écliptique correspondant à la partie du ciel recouverte par les douze constellations du zodiaque grec. Bien que les systèmes indiens et chinois ne se recouvrent pas entièrement, ils proviennent sans aucun doute d une origine commune. La liste des constellations indiennes est attestée dès les Vedas, peut-être même dans le Ṛgveda lui-même (Achar 2000). Le système chinois apparaît de façon claire seulement à la fin des Royaumes combattants et au début des Hàn, dans des textes transmis tels que le Lǚshì Chūnqiū, le Huáinánzǐ, et est abondamment présent dans les textes excavés de Mǎwángduī (voir par exemple Liu 2004). Il est hors du propos de ce travail de se préoccuper de la question de savoir duquel des deux systèmes est dérivé l autre ou s ils proviennent tous deux d une source tierce commune. Au Tibet, l astronomie est essentiellement d inspiration indienne et dans une moindre mesure chinoise. Toutefois, les noms des nakṣatrāṇi (rgyu-skar), contrairement à ce à quoi l on pourrait s attendre, ne sont pas de simples traductions de ceux des systèmes chinois ou indien. Dans de nombreux cas, ces noms n ont d étymologie ni en tibétain, ni en sanskrit, ni en chinois, et présentent même des caractéristiques phonologiques anorma-les, comme la présence du groupe snr- dans deux de ces noms (snron et snrubs). Ce travail propose quelques hypothèses concernant l étymologie de certains d entre eux. Voici tout d abord un tableau présentant les noms des constellations en tibétain, en sanskrit et en chinois 1. La divinité associée à chaque nakṣatra dans 1 Dans le système indien des nakṣatrāṇi, on comptait à l origine 27 constellations, auxquelles une vingt-huitième fut rajoutée plus tardivement. Dans le système chinois, on compte 28 constellations dès les plus anciennes attestations. Le système indien prend les Pléiades Kṛttikās ou bien les étoiles Castor et Pollux (α et β des Gémeaux) Aśvayujau (26 dans ce tableau) comme première constellation de la liste, tandis qu en Chine c est la constellation Citrā, 角 kaewk, qui apparaît en premier. Contrairement à ce que ce tableau pourrait laisser croire, les systèmes indiens et chinois ne se recouvrent pas parfaitement. Si certaines constellations sont identiques ou ne diffèrent que par quelques étoiles (comme le n 23, 营室 et Pūrvaproṣṭhapadās qui correspondent toutes deux aux étoiles α et β du Pégase), d autres diffèrent entièrement (le n 21, śraviṣṭhā comprenant les étoiles α à δ du Dauphin, tandis que 虚 xjo contient les étoiles β du Verseau et α du Pégase). En sanskrit, lorsque le nom est singulier, nous indiquons la forme de la racine, tandis que lorsqu il est duel ou pluriel, nous indiquons le nominatif. Le nom des nakṣatrāṇi en tibétain 5 la mythologie indienne est également présentée. Pour le chinois, la prononciation indiquée est le chinois moyen dans la transcription de Baxter (1992), ainsi qu une reconstruction en chinois archaïque basée sur Sagart (1999) le mandarin étant anachronique pour une telle étude, étant donné que la terminologie astrologique du tibétain s est formée durant le premier millénaire de notre ère tibétain smin drug snar ma mgo autres noms ming gi rnam grangs ma drug bu, mang po skyes skye dguvi bdag po, dal bavi lha ldan ma, bi rdzi mgo skyes, smal bo, zla skyes, ri dwags mgo mṛgaśiras (āgrahāyaṇī) soma 觜 tsje *tsej lag ārdrā (bāhū) rudra 参 srim *s-r-lɨm nabs so rgyal stod, sbyin movi punarvasū aditi 井 tsjengx lha mo (yamakau) *s-keŋʔ rgyal grub pa, bla mavi lha ldan, sbyor ldan pa, tshim byed tiṣya (puṣya, sidhya) skag gdengs can lha mo āśleṣās (véd. āśreṣās) mchu bcu drug vod ldan, snyan ngag mkhan, rta chen, pha mes lha skyes, tshigs brgyavi dbang po skyes pa, rta chung, vtsho ba sbo, khra, nyi mavi lha vi ldan, phyi mo sanskrit divinité associée chinois kṛttikās agni 昴 maewx *mmruʔ rohiṇī prajāpati 毕 pjit (brāhmī) *pit bṛhaspati sarpās 鬼 kjwɨjx kwɨjʔ 柳 ljuwx *mə-ruʔ maghās pitaras 星 seng *seŋ gre pūrva- aryaman 张 trjang phalgunī *traŋ dbo uttara- bhaga phalgunī 翼 yik *lɨk me bzhi rig byed, bya ma vdon hasta savitṛ 轸 tsyinx *tinʔ nag pa citrā indra 角 kaewk *kkrok sa ri rlung gi dbang phyug, svātī vāyu 亢 khangh rlung gi lha mo *kkhaŋ-s sa ga brgyad ldan ma, dbang viśākhe indrāgnī povi lha ldan (rādhā) 氐 tej *ttij lha mdza bo anurādhās mitra 房 bjang mtshams *baŋ 6 Revue d Etudes Tibétaines 16 snron gang bu, ldevu, lha ldan, lha dbang ldan jyeṣṭhā indra 心 sim *sɨm byi bzhin mon gre mon gru khrums stod khrums smad nam gru ngag nyan ma, bram ze, tshim byed pa sgrog stod, thob ldan pa, nam mthong sgrog smad, chuvi lha mo, thos mchog, nam mthong vog bya mchu, ra yi lha mo, gnas me zevu vching gso bavi lha mo, shes pa rgyas pa abhijit 女 nrjox *nraʔ śraviṣṭhā vasu 虚 xjo (dhaniṣṭhā) *qha śatabhiṣaj indra 危 ngjwe *ŋoj pūrvaproṣṭhapadās (pūrvabhādrapadās) uttaraproṣṭhapadās (uttarabhādrapadās) 17 snrubs gru sog ma, rtsa ba mūlabarhaṇī pitaras 尾 mjɨjx *mɨlʔ 18 chu stod bre dang chu lha ldan pūrvāṣāḍhās āpas 箕 ki *kɨ 19 chu smad sna tshogs lha ldan, uttarāṣāḍhās viśvedevās *toʔ 斗 tuwx phul 20 gro bzhin vphrog byed, bon po śravaṇā viṣṇu 牛 ngjuw (véd. śroṇā) *ŋwɨ brahman ajaikapād 室 syit *stik ahirbudhnya 壁 pek *ppek revatī pūṣan 奎 khwej *kkhwe 26 tha skar rta ldan, dbyu gu, gsal aśvayujau aśvin 娄 luw bavi bu mo *C-ro 27 bra nye gshin rje, sgeg mo bharaṇī yama 胃 hjwɨjh *ɢwɨts Tableau 1 : Les noms des nakṣatrāṇi en tibétain, en sanskrit et en chinois. Il ressort du tableau ci-dessus que parmi les noms tibétains des nakṣatrāṇi, quinze ont une étymologie potentielle en tibétain. Nous allons d abord traiter ceux-ci avant de proposer des hypothèses sur les autres. Les noms alternatifs sont pour la plupart des traductions directes du sens du nom sanskrit ou de la divinité (17. rtsa-ba = mūla, 27. gshin-rje = yama etc) et ne seront pas abordés ici. n 1. smin-drug. Il faut interpréter probablement ici la première syllabe smin- comme venant de smin-ma «jeune fille mature», lui-même un dérivé de smin-pa «être mûr, être cuit». Le nom tibétain des Pléiades signifie donc «les six jeunes filles». Il ne s agit pas d une traduction du sanskrit Kṛttikās, nom dérivé de la racine kṛt- «couper» - cette constellation étant associée à une arme tranchante. Toutefois, cette désignation correspond bien à la Le nom des nakṣatrāṇi en tibétain 7 conception indienne selon laquelle les six étoiles de cette constellation seraient les six nourrices du dieu Skanda. n 2. snar-ma. Ce nom dérive de l adjectif snar-po «бледно-красный, light red» (Roerich) avec le suffixe féminin ma «la rouge». C est donc une traduction directe du terme rohiṇī «la rouge» correspondant à Aldébaran (α du Taureau). n 3. mgo. «tête» traduit le sanskrit śiras n. du nom Mṛgaśiras «tête du gibier (antilope)» comprenant des étoiles de la constellation d Orion. n 4. lag. «main» traduit Bāhū «les deux mains». n 6. rgyal. Il erst possible qu il s agisse de l abréviation de rgyal-po «roi» traduisant le pati «maître» du nom du dieu Bṛhaspati, ou (hypothèse plus probable) de rgyal-kha «victoire» ou rgyal-ba «le vainqueur» qui pourrait correspondre à l un des noms de la constellation Sidhya «qui doit réussir». n 11 me bzhi. «les quatre feux». Cette constellation comprend quatre à cinq étoiles de la constellation du Corbeau, et les «feux» font peut-être référence ici à ces étoiles 2. n 18 et n 19 chu stod et chu smad. «eau supérieure» et «eau inférieure». Le nom «eau» est clairement la traduction des divinités associées à la constellation Pūrvāṣāḍhās, les eaux divines āpas. Comme Pūrvāṣāḍhās et Uttarāṣāḍhās forment un couple en sanskrit, le nom de Uttarāṣāḍhās a été réadapté à partir de celui de la première, bien que les āpas ne lui soient pas associées dans la mythologie indienne. Pour d autres noms, bien qu une signification en tibétain puisse être déterminée, elle semble sans rapport avec le nom indien de la constellation, les divinités associées ou le nom chinois : n 7 skag «malheur, mauvaise année» ou «laque rouge», n 8 mchu «la lèvre», n 9 gre (de gre-ba «gorge»?), n 12 nag-pa «le noir» 3, n 15 lha mtshams «la borne divine», n 20 gro bzhin «semblable au blé?», byi bzhin «semblable à une souris», n 25 nam gru «bâteau du ciel». Pour le reste des constellations, il est probable que l on ait affaire à des emprunts à d autres langues. On peut proposer une origine indo-aryenne presque certaine pour quatre termes. Il est bien connu que certains emprunts 2 Dans la langue rgyalrong de Japhug (Jacques 2004) où le nom de cette constellation se prononce mɯβʑi, c est l explication proposée par notre informatrice Chen Zhen pour ce nom, mais il peut s agir d une étymologie populaire. 3 La divinité de la constellation Citrā «la brillante» est Indra ou Tvaṣṭṛ. Si l on suppose toutefois une confusion lors de la création de la terminologie tibétaine, et que Viṣṇu ait été considéré comme la divinité associée, ce nom pourrait s expliquer comme la traduction de son épithète Kṛṣṇa «le noir». 8 Revue d Etudes Tibétaines populaires au sanskrit ou à d autres formes d indo-aryen plus tardives subissent des évolutions drastiques, au point d en devenir méconnaissable. Ainsi, Mayer (2004 : 142) rapporte l explication que donne Matthew Kapstein du mot no phyi ka dans le PT 349 comme une déformation de sādhanaupayika «méthode pour la réalisation spirituelle» par la chute des deux premières syllabes et l amuissement du a court 4. Nous pensons qu il est donc parfaitement légitime de comparer les mots tibétains à des équivalents indiens en supposant la chute de syllabes au début des mots et la disparition de a courts. n 5. nabs so. Ce nom pourrait dériver de Punarvasū, dans un dialecte moyen-indien où le r serait tombé et le v confondu avec b (tel que le pāli punabbasu), auquel on aurait enlevé la première syllabe et où le a court dans la pénultième se serait amui. n 13. sa ri. Pourrait dériver de Svātī par lénition de t intervocalique et simplification du groupe initial dans la langue moyenne-indienne donneuse (telle que *saði). La simplification de sv- en s- est un phénomène général dans les prakrits, y compris le pāli (Bubenik 1996 : 28-9) où le nom de cette constellation est sāti. Dans les apabhraṃśa, la lénition, voire la chute des occlusives sourdes intervocaliques est la règle. D après Bubenik (1996 : 55, 2003 : ) le t de l indo-aryen ancien passe par un stade de spirante [ð] avant de disparaître : t d ð 0. Le stade spirante est attesté en Māgadhī (où il est noté d comme dans gada [gaða] «allé» de gata), et le stade où la lénition est achevé en Māhārāṣṭrī (où le même mot est attesté comme gaa). Un tel [ð] pourrait être facilement reproduit comme r dans une langue n ayant pas de fricatives interdentales telle que le tibétain ancien. Toutefois, une autre possibilité existe pour expliquer la forme tibétaine. Les occlusives rétroflexes intervocaliques peuvent se changer en r dans certaines langues moyennes-indiennes 5, et étant donné que quelques cas sporadiques de rétroflexion du t devant i ont été remarqués (Bubenik 1996 : 61), on peut supposer un changement plus hypothétique *sati *saʈi *saɖi *sari. n 14. sa ga. Pourrait venir d une forme moyenne-indienne dérivée de Viśākhe telle que *bisaɣa ayant une lénition de l occlusive intervocalique, dans laquelle la première syllabe aurait été supprimée comme dans le n 5. La 4 On peut trouver dans Laufer (1916) des exemples bien connus d adaptations tibétaines de mots sanskrits ou moyen-indiens. 5 Ce phénomène est régulier dans le vocabulaire hérité de langues indo-aryennes modernes, mais il apparaît même en pāli dans la forme des numéraux entre dix et vingt (bārasa «douze», terasa «treize», sattarasa «dix-sept» etc). La forme rasa correspond au sanskrit daśa «dix» sans rétroflexe, mais l on trouve des formes telles que duvāḍasa «douze» dans les inscriptions d Ashoka (citée dans Bubenik 1996 : 172) qui attestent bien de la présence d une rétroflexe dans un stade plus ancien du pāli. Le nom des nakṣatrāṇi en tibétain 9 lénition des aspirées sourdes intervocaliques en fricatives est régulière dans les prakrits, et selon Bubenik (1996 : 56), suit le chemin suivant : kh gh γh h. On peut la constater par exemple en Māhārāṣṭrī (muha «face» venant de mukha). Le nom Viśākhe «la fourche» étant un féminin duel en sanskrit, si la langue donneuse avait perdu le duel et l avait remplacé par un singulier ou un pluriel, on aurait comme en pāli visākhā un a dans la dernière syllabe correspondant bien à celle du tibétain. n 27. bra nye. Pourrait dériver de Bharaṇī par chute du a court dans la première syllabe. La palatalisation du n devant les consonnes antérieures e et i est un phénomène régulier et bien connu en tibétain (d où la quasi-absence de syllabes telles que ni ou ne). On observe que pour la constellation 13, le ī du sanskrit correspond à i et que pour la 27, il correspond à e : ce type de correspondances irrégulières se retrouvent dans d autres transcriptions de noms indiens en tibétain (voir en particulier dans la version du Rāmāyaṇa en tibétain, Balbir 1963 : 13). Si la lénition dans sa ga et sa ri est une propriété de l apabhraṃśa d où ces mots ont été empruntés, la chute des syllabes et l instabilité de o / u et de e / i en revanche doivent être dues à l adaptation en tibétain. Il reste beaucoup de zones d ombres concernant l étymologie des noms tibétains des nakṣatrāṇi, en particulier les formes snron et snrubs qui proviennent sans doute de polysyllabes réduits. Il semble toutefois certain qu aucun de ces noms n est d origine chinoise, et que l ensemble est venu directement ou indirectement de l Inde. L étude de ces étymologies a non seulement un intéret pour la tibétologie elle-même, mais peut également contribuer à améliorer la connaissance de la phonologie historique des langues moyennes-indiennes. Bibliographie Achar, B.N. Narahari Searching for the nakṣatra-s in the Ṛgveda. Electronic Journal of Vedic Studies, Vol Balbir, Jagbans K L histoire de Rāma en tibétain d après les manuscripts de Touen-Houang. Paris : Adrien-Maisonneuve Baxter, William H. III A Handbook of old Chinese phonology. Trends in Linguistics Studies and Monographs 64. Berlin: Mouton de Gruyter. Bubenik, Vit The structure and development of Middle Indo-Aryan dialects, Delhi : Motilal Banarsidass 10 Revue d Etudes Tibétaines Bubenik, Vit Prākrits and apabhraṃśa-s, in The Indo-aryan Languages, ed. Georges Cardona and Dhanesh Jain, pp , London : Routledge. Jacques, Guillaume Phonologie et morphologie du japhug (rgyalrong), thèse de doctorat, université Paris VII, Laufer, Bertold Loanwords in Tibetan, T oung Pao, XVII, Liu Lexian 刘乐贤 [Mǎwángduī tiānwénshū kǎoshì] 马王堆天文书考释,Guangzhou : Zhongshan daxue chubanshe Mayer, Robert Pelliot 349 : A Dunhuang Tibetan text on rdo rje phur ba, Journal of the international Association of Buddhist Studies, Vol. 27- N. 1, Sagart, Laurent The Roots of Old Chinese. Amsterdam : Benjamins Dictionnaires consultés : Childes Robert C Dictionary of the Pali language, London : Trübner Huet Gérard Héritage du sanskrit, dictionnaire sanskrit-français. Edition électronique. Monnier-Williams 2004 [1899]. Sanskrit-English Dictionary, Delhi : Munshiram Manoharlal Roerich N Тибетско-русско-английский словарь с санскритскими параллелями. Moscou : Nauka. Zhang Yisun Bod rgya tshig mdzod chen mo, Pékin : Mi rigs dpe skrun khang
Related Search
Advertisements
Related Docs
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks