of 21

Les politiques explorent les alliances

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
Edition d Alger - ISSN IIII Le Bonjour du «Soir» Échec mais jamais mat! En 2008, M. Bouteflika criait du haut de la tribune du Palais des Nations : «Nous avons échoué!» Il critiquait notamment la
Transcript
Edition d Alger - ISSN IIII Le Bonjour du «Soir» Échec mais jamais mat! En 2008, M. Bouteflika criait du haut de la tribune du Palais des Nations : «Nous avons échoué!» Il critiquait notamment la manière dont ont été menées les fameuses «réformes» et le grand virage ultralibéral qu ils ont fait prendre à notre économie, virage accentué par les privatisations sauvages de M. Temmar. Nous pensions alors que les plus hautes autorités du pays avaient mesuré l étendue du désastre et qu elles allaient prendre des décisions salutaires pour relancer l appareil industriel productif et réduire les importations. Ce pays a tout pour devenir une grande puissance économique : des matières premières rêvées par beaucoup de pays, de l argent qui dort dans les banques américaines, une jeunesse dynamique et qui ne demande qu à travailler! Au lieu de cela, c est plutôt la facture d importation qui augmente et le seul ministre qui a pris des décisions courageuses pour remettre la grande industrie algérienne sur les rails a été viré au moment où il allait passer à l action. Je veux parler de M. Cherif Rahmani qui, la veille de son éviction, me téléphonait : «Après 30 années d abandon et de cafouillage, l industrie va renaître et prospérer!» Je sais, on va occulter le fond du problème et me répondre : «ce ministre a des biens en Europe» Moi je dis : «Puisqu ils ont tous des biens, autant signaler ceux qui font quelque chose de positif pour leur pays» Quant à nous qui n avons rien du tout en Europe, ni ailleurs, il nous reste à espérer que M. Bouchouareb lui aussi, etc. ne brade pas le peu qui reste de nos usines, garde la règle des 51/49 et s inspire du travail de son prédécesseur. Sinon, nous risquons d entendre encore Tab Djenanou clamer en 2018 : «Nous avons échoué!» Et ce sera encore plus pathétique quand il le dira d une voie enrouée et de son fauteuil roulant l LIBYE Enlisement dangereux l La crainte du chaos en Libye est sérieuse, après la grave détérioration de la situation ces dernières 72 heures. Appréhendant le pire, l Arabie saoudite a fermé hier lundi son ambassade à Tripoli et a fait évacuer sa mission diplomatique par avion spécial. L Union européenne s est déclarée, quant à elle, très préoccupée. l L OPPOSITION SOUS LE 4 e MANDAT Les politiques explorent les alliances l VOL ET SACCAGE DE CATÉNAIRES Le cri de détresse de la SNTF MARDI 20 MAI RADJAB N PRIX 15 DA - FAX : RÉDACTION : PUBLICITÉ : TÉL : PAGE 9 l L élection présidentielle a bouleversé la physionomie de la scène politique algérienne. Le passage en force de Abdelaziz Bouteflika a mis un terme au clivage islamistes/démocrates et conduit à la constitution de pôles politiques. PAGE 3 PAGE 5 Photo : Samir Sid Photo : DR Tapage nocturne A l'esplanade du Hamma, juste à côté de l'hôtel Sofitel, le directeur de l'egt Centre vient d'autoriser l'installation d'un immense chapiteau. Au-delà du fait que ce dernier obstrue le passage public, les fêtes qui sont organisées à l'intérieur de ce chapiteau perturbent énormément la quiétude des clients de l'hôtel et surtout des riverains. Il est évident que ce chapiteau n'a aucune disposition liée à l'insonorité. Et dire que le «proprio» du chapiteau a bénéficié d'un bail locatif de 3 ans. La bourde Le rédacteur du sujet de l épreuve de langue française de l examen blanc de fin de cycle primaire ne maîtrise certainement pas la langue française. Comment expliquer sinon qu il écrive «donne quatre conseils à ton camarade pour qu il peut réussir». Un sujet validé par l académie d Alger-Est qui regroupe circonscriptions Rouiba, les de d El Harrach et de Dar El Beïda. P ERISCOOP Mardi 20 mai Page 2 Concertations Les sénateurs du tiers présidentiel se réuniront dimanche, afin de définir une position commune au sujet des propositions d amendements de la Constitution. Il s avère que certaines mesures proposées par Abdelaziz Bouteflika ne font pas consensus au sein des sénateurs qu il a désignés. Il s agit notamment de l inscription de la réconciliation nationale dans la Constitution. Fiche de police ou pas La suppression de la fiche de police aux aéroports, même si elle a bénéficié d un concert de louanges dans la presse, n a rien réglé au temps d attente des passagers. La transcription sur ordinateur des éléments contenus dans le passeport prend de longues minutes pour chaque voyageur entrant ou sortant. Les files d attente aux guichets de la police des frontières sont là pour l attester. Un jour, un sondage Soutenez-vous la décision de fermer la représentation diplomatique en Libye? OUI NON Sans opinion Pensez-vous que Belkhadem peut revenir à la tête du FLN? Oui : 49,06% Résultat sondage Non : 41,17% S. opinion : 9,77% Edité par la SARL LE SOIR D ALGERIE SIÈGE : DIRECTION-RÉDACTION : Fax : ADMINISTRATION : Fax : , Rue Bachir Attar Place du 1 er -Mai - Alger - Tél. : COMPTES BANCAIRES : CPA : Agence Hassiba Ben Bouali N /2 BNA : Agence «G» Hussein-Dey N CCP : N Registre du commerce : RC N B.00 MEMBRES FONDATEURS : Maâmar FARAH Djamel SAÏFI Fouad BOUGHANEM Zoubir M. SOUISSI Mohamed BEDERINA GÉRANT-DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Fouad BOUGHANEM DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Nacer BELHADJOUDJA P.A.O. : PUBLICITÉ : SIÈGE - Fax : BUREAUX REGIONAUX : BOUMERDÈS «Résidence Badi», bt 3, 2 e étage, RN n 24, Boumerdès-ville Tél./fax : (024) lesoir - ANNABA 19, rue du CNRA (Cours de la Révolution) Tél. : Fax : Télex : BLIDA 103, Avenue Ben-Boulaïd Blida Tél./Fax : Tél. : CONSTANTINE 9, rue Bouderbala (ex, rue petit), Constantine Tél. : Fax : ORAN 3, rue Kerras Aoued. Tél. : SÉTIF Rue du Fida, centre commercial Zedioui 1 re étage, Sétif. Tél. : TIZI-OUZOU Bt Bleu,cage C (à côté de la CNEP) 2 e étage, gauche Tél./Fax : Tél. : MASCARA Rue Senouci Habib Maison de la presse. Tél.Fax : TLEMCEN Cité R hiba Bt n 2 RDC. Tél. : / Fax : BOUIRA Gare Routière. Lot N 1. 3 e étage - Tél. : BÉJAÏA 19, rue Larbi Ben-M hidi (rue Piétonnière), Béjaïa-ville Tél. : Fax : BORDJ-BOU-ARRERIDJ 2, rue Cherifi Mohamed (près du cinéma Vox) Tél./Fax : (035) IMPRESSION Centre : S.I.A Alger Est : S.I.E Constantine Ouest : S.I.O Oran DIFFUSION Est : Sodi-Presse Centre : Ouest : MPS Tél.: Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l objet d une réclamation. NOTRE JOURNAL fait sienne cette citation de Joseph Pulitzer, fondateur du journalisme moderne : «Il (son journal, ndlr) combattra toujours pour le progrès et les réformes, ne tolérera jamais l injustice et la corruption ; il attaquera toujours les démagogues de tous les partis, n appartiendra à aucun parti, s opposera aux classes privilégiées et aux exploiteurs du peuple, ne relâchera jamais sa sympathie envers les pauvres, demeurera toujours dévoué au bien public. Il maintiendra radicalement son indépendance, il n aura jamais peur d attaquer le mal, autant quand il provient de la ploutocratie que de ceux qui se réclament de la pauvreté.» Actualité L OPPOSITION SOUS LE 4 e MANDAT Mardi 20 mai PAGE 3 Les politiques explorent les alliances L élection présidentielle a bouleversé la physionomie Amar Ghoul et le Mouvement de la scène politique algérienne. Le passage en force de populaire algérien. Les deux Abdelaziz Bouteflika a mis un terme au clivage islamistes/démocrates et conduit à la constitution de pôles hommes sont les seuls représentants de leurs partis au sein de l Exécutif. De petites formations politiques. qui sont devenues partenaires, Tarek Hafid - Alger (Le Bouteflika, certains membres de de fait, du Front de libération Soir) - Un mois a passé depuis la cette coordination avaient soutenu le Président. C est le cas nationale et du Rassemblement réélection de Abdelaziz national démocratique. Mais Bouteflika. En ce début de quatrième mandat, le Président a qui a été son premier chef du notamment de Ahmed Benbitour voilà, les deux poids lourds ne sont toujours pas sortis de la reconduit Abdelmalek Sellal aux gouvernement, du zone de turbulence dans laquelle fonctions de Premier ministre, Rassemblement pour la culture ils ont été précipités au début de nommé un nouveau gouvernement et lancé un processus de au sein de l Exécutif et du et de la démocratie qui siégeait l année Amar Saâdani reste très concertation pour l amendement Mouvement de la société pour la contesté au sein des instances de la Constitution. paix qui est resté au gouvernement et dans l Alliance présiden- dirigeantes du FLN et il risque de Des actions de portée minime. Car sur la scène politique, de tielle jusqu en perdre à tout moment son poste véritables bouleversements ont A leurs côtés, nous retrouvons de secrétaire général. eu lieu ces derniers mois. Le lancement du Front du boycott par loppement, la troisième formation Le lancement du Front du boycott, une démarche inédite. veille de la présidentielle, le Front pour la justice et le déve- Nommé ministre d Etat à la le Rassemblement pour la culture et la démocratie, Jil Jadid, le Jil Jadid de Soufiane Djilali. Deux per à l élection du 17 avril ayant loppé une attitude passive tout créée par Abdallah Djaballah, et son retour, la décision de particitation, des formations ont déve- Abdelaziz Belkhadem, son prédécesseur, attend la première Mouvement de la société pour la opposants au pouvoir qui défendent des idéologies opposées. auparavant. Le Parti des travailleurs, le sa place. Situation quasi-ana- été prise près de deux années en restant dans l opposition. occasion pour l éjecter et prendre paix, Ennahda, le Front pour la justice et le développement et L ensemble de ces acteurs se Durant la campagne électorale, il est soutenu par plusieurs encore le Front El Moustakbel de oppose, en sourdine, Abdelkader Front des forces socialistes ou logue au RND où un bras de fer Ahmed Benbitour est une sont donc alliés afin de barrer la démarche inédite. route à Abdelaziz Bouteflika. Ils partis politiques, notamment El Abdelaziz Belaïd. Classé troisième à la présidentielle du 17 avril, venait à arriver, le choc entre le Bensalah à Ahmed Ouyahia. S il Ce pôle politique, qui a pris la ont opté pour le boycott pour Islah de Mohamed Djahid Younsi dénomination de Coordination décrédibiliser la présidentielle du et l Union des forces démocratiques de Nourredine Bahbouh. génération de l élite politique et le ministre d Etat, directeur de Belaïd représente la nouvelle président du Conseil de la Nation nationale pour les libertés et la 17 avril. D autres ont choisi la transition démocratique au lendemain confrontation directe. C est le cas Nous assistons, là encore, à un algérienne. cabinet de la présidence, aurait du scrutin, est la preuve d un net changement dans la relation entre les acteurs. C est en effet la première action concertée initiée par des partis démocrates et islamistes pour contrer le régime en place. Une telle initiative était impossible à mener par le passé. Lors du premier mandat de Abdelaziz de Ali Benflis et du pôle politique qui s est formé autour de lui. Benflis a, lui aussi, été impliqué dans la gestion du pays lors du premier mandat de Bouteflika. Il s est retiré de la scène politique après sa défaite à la présidentielle de L ancien secrétaire général du Front de libération nationale a longuement préparé partenariat islamiste/démocrate. Cette fois-ci, c est sous l égide d une personnalité de tendance nationaliste, Ali Benflis en l occurrence. Ce dernier envisage d ailleurs de créer son parti politique. Formation qui jouera le rôle de chef de file du Pôle des forces du changement. Dans un contexte marqué par la confron- Parmi les personnalités qui comptent, nous pouvons également citer Mouloud Hamrouche et Sid Ahmed Ghozali. Sans réelles attaches partisanes, les deux anciens chefs du gouvernement ont la capacité de peser sur la scène dès que les conditions s y prêteront. Dans le camp du pouvoir, on retrouve le TAJ de des effets sur leur parti. Car les acteurs de la scène politique, qu ils soient dans l opposition ou dans le camp présidentiel, s inscrivent dans une stratégie de succession. Tous attendent le moment propice pour aller à l assaut du Palais d El-Mouradia. T. H. CONCERTATIONS SUR LA CONSTITUTION CONSENSUELLE Vers un «non» des forces du changement Le pôle des forces du changement constitué par des partis et des personnalités autour de Ali Benflis et qui ont soutenu ce dernier à la dernière présidentielle, devrait vraisemblablement rejoindre le camp des «boudeurs» des concertations autour du projet de Constitution consensuelle proposé par le président de la République. M. Kebci - Alger () - C est là, en effet, la décision à laquelle se devaient de résoudre les chefs de parti, personnalités et l ex-chef de gouvernement qui se sont réunis, hier soir, au niveau de ce qui a servi de siège de la direction de campagne de ce dernier lors du scrutin du 17 avril dernier. Un «verdict» loin de relever d une surprise tant le «ton» a été donné bien avant ce conclave. Surtout par l ancien patron du FLN qui exerce un sérieux ascendant sur ses soutiens partisans avec ses voix récoltées au scrutin présidentiel du 17 avril dernier et qui ambitionne d ailleurs de se doter d un parti politique. En effet, Benflis s est positionné on ne peut plus clairement à l égard de cette offre de concertations qui doivent, selon Benflis, «être prises pour ce qu elles sont : une fuite en avant et une diversion». Et d exprimer clairement son refus de répondre à l invitation du ministre d Etat et directeur de cabinet du président de la République pour prendre part aux concertations que ce dernier pilotera en juin prochain. «S inscrire dans la logique de ces dernières et en cautionner la démarche et le contenu reviendrait, au bout du compte, à accepter ou à se résigner au différé du changement auquel l Algérie ( ) aspire légitimement, ce à quoi je ne peux me résoudre ni aujourd hui, ni demain», écrit Benflis dans son communiqué d avant-hier dimanche. Pour lui, le but des initiateurs du projet de Constitution consensuelle «n est pas d apporter une réponse à la crise politique et à l impasse institutionnelle, critiques auxquelles le pays est confronté», estimant que les propositions émises dans ce sens «sont manifestement le produit des préoccupations étroites du régime en place et certainement pas celui d un peuple en attente du changement». Une analyse de l offre que Benflis partage avec le gros des troupes du pôle. Dont le mouvement Islah dont le secrétaire général estime que le projet de Constitution consensuelle n est qu une manière pour le pouvoir de gagner du temps, le temps justement de «régler ses problèmes induits par la maladie du Président qui a été telle ce grain de sable dans l engrenage d un plan d héritage», affirme Mohamed-Djahid Younsi. Pour sa part, le secrétaire général de l UFDS, Noureddine Bahbouh, ce projet de Constitution consensuelle suscite bien de réserves aussi bien dans son contenu que dans son timing. «Pourquoi ce projet et en ce moment précis? s interroge, en effet, l ancien ministre de l Agriculture et de la Pêche, qui nous avouait hier quelques heures seulement avant ce conclave que le pôle «ne pouvait adopter une position à l égard de ces consultations autre que le refus». Reste à savoir l attitude de certains de ces partis du pôle à la représentativité limitée au vu de leur «jeunesse» puisque faisant partie, pour leur quasi-majorité, de la cuvée 2012 des nouveaux partis nés dans la «dynamique» des réformes politiques du président de la République. A l image des partis que dirigent Naïma Salhi, Bouacha et Hamidi ou encore Benabdeslam, tentés qu ils sont par «l aventure» de ces concertations. Une occasion pour eux de se faire valoir en l absence des partis de «poids». M. K. ABDELAZIZ RAHABI ET LE PROJET DE CONSTITUTION CONSENSUELLE : «Une reconnaissance explicite que la crise institutionnelle que nous vivons» Pour Abdelaziz Rahabi, les propositions émises par la présidence de la République dans le cadre du projet de Constitution consensuelle, sont tout simplement une «reconnaissance explicite que la crise institutionnelle que nous vivons aujourd hui est la conséquence directe de la révision de la seule Constitution de convergence de l Algérie indépendante, celle de 1996 sous la présidence de Liamine Zeroual». Des propositions de revenir à deux mandats présidentiels et de lutter contre la corruption, qui est aux yeux de l ancien ministre de la Communication, «une reconnaissance de juré que les manquements à ces deux conditions sont en Photo : Samir Sid Benflis refuse de répondre à l invitation. grande partie responsables de la paralysie des institutions soumises à la seule autorité du chef de l Etat, de la crise de confiance entre le peuple et ses dirigeants, observée, notamment lors de la dernière présidentielle et de la mauvaise image donnée par l Algérie à l étranger en termes de gouvernance politique et économique». Et à Rahabi de regretter que ces propositions d amendement de la Constitution soient l émanation d experts alors qu il aurait été plus judicieux, selon lui, de ne faire intervenir les spécialistes et les experts qu après une large concertation et un franc accord politique. M. K. Photo : Samir Sid F.-Zohra B. - Alger () - Le ministre de l Agriculture a déclaré, hier, avoir fait appel au ministre de l Intérieur et des Collectivités locales, du fait que le nombre de 400 vigies sur le territoire national reste insuffisant pour ce qui est de la lutte contre les incendies de forêt. «Il faut renforcer ces équipes sur les lieux d intervention pour plus d efficacité», a souligné Abdelwahab Nouri. Rappelant la menace permanente sur les forêts en raison notamment des ravages faits par les feux de forêt, le ministre de l Agriculture a déclaré, hier, qu il était urgent d éviter ces grandes pertes du couvert végétal. Selon le ministre, les mesures sont nombreuses et le citoyen doit être informé et sensibilisé sur ces questions. La Protection civile participera aussi aux actions de protection comme l a déclaré son directeur général Mustapha Lahbiri. S agissant de l acquisition d hélicoptères dans le cadre de la lutte Actualité contre les incendies de forêt, ce dernier dira que le matériel vient d être acquis et nécessite une maitrise. «Les hélicoptères ne vont pas tout régler, il est nécessaire de sensibiliser la population pour la préservation des forêts», a déclaré le directeur général de la Protection civile. Pour sa part, le ministre de l Agriculture s adressant, hier, aux directeurs des forêts a recommandé de ne pas attendre que le feu de forêt se déclare pour agir. Ainsi, le patrimoine forestier, comme cela est le cas pour les pays méditerranéens est exposé au fléau des feux de forêt. Ainsi et selon le ministre, au cours de la dernière décennie, près de foyers d incendies ont parcouru une superficie de près de hectares an. Ainsi, la commission crée, hier, sera appelée à examiner et adopter le dispositif de prévention et de lutte contre les feux de forêt. F.-Z. B. Mardi 20 mai PAGE4 RENFORCEMENT DES VIGIES AU NIVEAU NATIONAL Nouri sollicite l aide du ministre de l Intérieur Le ministre de l Agriculture a annoncé, hier, la préparation d un plan national pour la préservation du couvert végétal et des forêts. Une commission nationale pour la protection des forêts a été aussi installée pour arriver à cet objectif. Abdelwahab Nouri a fait, par ailleurs, appel au ministre de l Intérieur pour renforcer les postes de vigies au niveau national. GUERRE DE LIBÉRATION NATIONALE L importance de la formation militaire soulignée Assurée dans des pays «amis», la formation des troupes militaires durant la guerre de Libération nationale a contribué selon des moudjahidine, à l encadrement des unités de l ALN. Pour le moudjahid Mohamed-Taher Bouzghoub, la guerre de Libération nationale n était pas au départ une guerre classique mais une guérilla. Seulement, «en moins de trois ans, notre Révolution s est transformée en une organisation politique dont le but était l indépendance de l Algérie», a-t-il souligné hier, au forum d
Related Search
Advertisements
Related Docs
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks