of 41

MASTER SPECIALISE : GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU PROJET PERSONNEL

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
MASTER SPECIALISE : GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU PROJET PERSONNEL THEME : GESTION DES RESSOURCES EN EAU AU BURKINA FASO : PROBLEMES DE MOBILISATION, DE DISTRIBUTION ET IMPACTS DES AMENAGEMENTS
Transcript
MASTER SPECIALISE : GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU PROJET PERSONNEL THEME : GESTION DES RESSOURCES EN EAU AU BURKINA FASO : PROBLEMES DE MOBILISATION, DE DISTRIBUTION ET IMPACTS DES AMENAGEMENTS DES BARRAGES Présenté par : Encadreur : SYLLA Mahamoudou Samuel YONKEU Enseignant au 2iE Année [Tapez académique le nom de la société] Table des matières LISTE... iii SIGLES ET ABBREVIATIONS... iv RESUME... v INTRODUCTION... 1 I- DONNEES GENERALES SUR LE BURKINA FASO Aspects physiques Relief Climat Végétation Sols Politique nationale de l eau Situation des ressources en eau au Burkina Faso Réseaux hydrographiques Barrages Hydrogéologie... 7 II- LES PROBLEMES DE LA MOBILISATION DE LA RESSOURCE EN EAU Climat Pluviométrie Température Evaporation Ensablement des cours d eau Qualité des eaux Partage des eaux au niveau national et sous régional Mobilisation tout azimut des eaux III- LES PROBLEMES DE LA DISTRIBUTION DE LA RESSOURCE EN EAU Consommation d eau nationale Adduction d Eau Potable (AEP) Irrigation Industrie Redevance Coût d investissement SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page i 3.4- Principales problématiques IV- LES IMPACTS DES AMENAGEMENTS Interactions entre les ressources en eau et les activités anthropiques Impacts des barrages sur les cours d eau Environnement et santé CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page ii LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : types de sol 3 Tableau 2 : Bassins versants du Burkina Faso et leur superficie 6 Tableau 3 : remplissage des barrages stratégiques sur les 6 dernières années 6 Tableau 4 : Réserves annuelles en eau souterraine 8 Tableau 5 : l'eau; ressource et prélèvement 16 Tableau 6 : volume des eaux usées produites 19 Tableau 7 : Les principaux grands barrages du Burkina Faso 24 Tableau 8 : cotation par grands bassins versants des problèmes et risques associés à la ressource en eau de boisson au Burkina Faso 26 DES PHOTOS Photo N 1 : eutrophisation du fleuve Niger 13 DES FIGURES Figure 1: Evolution spatiale des normales pluviométriques de 1931 à Figure 2 : Evolution des températures à Ouagadougou 11 Figure 3 : interaction entre l eau et son environnement 23 SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page iii SIGLES ET ABBREVIATIONS AEP : Adduction d Eau Potable AUE : Associations d Utilisateurs de l Eau BRAKINA : Brasserie du Burkina DCO: Demande Chimique d Oxygène ETP: Evapotranspiration FAO : Fond Mondial pour l Agriculture FCFA : Francs de la Communauté Française d Afrique GIRE: Gestion Intégrée des Ressources en Eau OMS: Organisation Mondiale de la Santé ONEA : Office National de l Eau et Assainissement ph: potentiel Hydrogène PSA : Plans Stratégiques d Assainissement RAF : Réorganisation Agraire et Foncière RESO : Ressource en Eau dans le Sud-Ouest SN-SOSUCO : Société Nationale-Société Sucrière de la Comoé SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page iv RESUME L'eau est au cœur des préoccupations des populations, qu'il s'agisse de l'accès à l'eau potable, de la pratique de cultures pluviales ou de l'irrigation et de l'abreuvage des animaux, de l'activité industrielle ou encore de la production d'énergie. D énormes investissements ont été effectués pour la mobilisation des ressources en eau de surface, par la construction de grands et de petits barrages d'aménagement de périmètres irrigués, mais aussi à la mobilisation des eaux souterraines par des forages ou des puits modernes destinés à la boisson et aux usages domestiques. La gestion de cette ressource est confrontée à des difficultés qui sont d ordre climatique et anthropique, provoquant ainsi une perte énorme de l eau mobilisée. Le Burkina est un pays sahélien avec une pluviométrie en baisse, ne permettant plus de remplir les retenus d eau (barrages) et l eau qui y circule est assujettie à des influences négatives ne permettent pas une disponibilité de l eau en quantité et en qualité. Ces phénomènes sont : la température qui ne cesse de croitre induisant l évaporation des plans d eau par le réchauffement ; la pollution, qu elle soit industrielle, soit agricole, soit domestique, pose le problème de la qualité des eaux et de leur coût de traitement ; l ensablement des cours d eau dû à l érosion et au ruissellement accru des eaux de surface entrainent le comblement des retenus d eaux. La disponibilité de l eau n étant pas garantie en tout lieu, son partage entre différents utilisateurs entraine parfois des conflits. La croissance perpétuelle de la démographie dont la satisfaction des besoins est primordiale, la demande d eau en irrigation qui demeure la plus grande consommatrice d eau est en augmentation par l aménagement de nouvelles terres irrigables, les besoins industriels, sont autant de pression sur les ressources en eau. L accès à l eau étant coûteux, sa distribution est soumise à des redevances qui parfois limitent des usagers. La construction des barrages n est pas sans conséquences néfastes sur le milieu naturel par le ralentissement des eaux en aval, l accumulation des sédiments, la prolifération des plantes aquatiques. Les barrages constituent aussi un réservoir propre aux vecteurs de transmission des maladies hydriques. SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page v INTRODUCTION Le Burkina Faso, pays sahélien situé en Afrique de l ouest, est soumis à une faible pluviométrie qui malheureusement est accentuée par une sévère sécheresse dont les conséquences sont souvent graves. Bien que le pays soit au dessus du seuil de pénurie d eau (1000 m 3 /an/habitant) avec une disponibilité théorique de 1750 m 3 /an/habitant (eaux de surface et souterraine confondues) ( il en demeure pas moins que l eau est une ressource encore rare dont la maîtrise constitue un préalable nécessaire à toutes activités. Avec une forte croissante démographique et les défis à relever au niveau de sa sécurité alimentaire et de ses besoins en énergie, le Burkina a entrepris depuis fort longtemps une politique de mobilisation et de maîtrise des ressources en eau en vue de faire face à ses besoins. Cette politique s est traduite par la construction de nombreux barrages sur les différents cours d eau qui traversent le territoire. Cependant, cette mobilisation accrue des ressources en eau n est pas sans conséquence sur l évolution naturelle des cours d eau voire le milieu (écosystème) dans lequel elle baigne. La maîtrise de l eau est encore assujettie à nombreux facteurs qui rendent difficile son accès à toute la population (plus de 50 % de la population manque d eau potable). Alors, face à ces difficultés de répondre convenablement à la demande, l on pourrait se poser la question de savoir quelles sont les facteurs limitant ou influençant la mobilisation des ressources en eau au Burkina? A cette interrogation, le thème : «gestion des ressources en eau au Burkina Faso : problèmes de mobilisation, de distribution et impacts des aménagements des barrages» nous permettra d apporter une série de réponses afin de permettre aux décideurs de mieux orienter leur choix. Dans le cadre de cette étude bibliographique, le travail s articulera autour de ces aspects qui suivent : Les données générales sur le Burkina Faso ; Les problèmes liés à la mobilisation de la ressource eau ; Les problèmes d accès de la population à cette ressource ; Les impacts des aménagements des barrages. SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 1 I- DONNEES GENERALES SUR LE BURKINA FASO 1.1- Aspects physiques Relief Le relief est relativement plat et l altitude moyenne est de 400 m avec des extrêmes allant de 125 m au sud-est (région de Pama) à 749 m au sud-ouest (pic de Ténakourou). Les sols sont en général peu profonds, vulnérables à l érosion hydrique et éolienne, et ce notamment en raison de la forte pression démographique et de l intensité des cultures. Ils sont en général pauvres en éléments nutritifs. ( Climat Le climat burkinabé est de type sahélien caractérisé par une saison de pluies et une saison sèche. La répartition spatiale de la pluviométrie annuelle est basée sur les deux isohyètes de pluviométrie annuelle (600mm et 900mm) qui permet de définir trois zones climatiques que sont : Le climat sahélien (au Nord), il est caractérisé par une pluviométrie moyenne annuelle inférieure à 600 mm, une courte saison des pluies (4 mois au plus) et une longue saison sèche (8 mois) avec une évapotranspiration (ETP) plus élevée pendant les périodes chaudes (mars à juin) ; Le climat soudano-sahélien (au Centre) ; caractérisé par une pluviométrie moyenne annuelle comprise entre 600 et 900 mm, une saison de pluie d environ 5 mois, avec des ETP modérées ; Le climat soudanien (au sud) : il est caractérisé par une pluviométrie moyenne annuelle supérieure à 900 mm, une saison des pluies de près de 6 mois et une ETP faibles Végétation La zone sahélienne présente une végétation d ensemble dominée par des steppes à plusieurs faciès (herbeuse, arbustive, arborée) dont la monotonie est rompue par des fourrés de densité croissante du Nord vers le Sud et des galeries forestières. On distingue d une part, au Nord SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 2 des steppes herbeuses faisant place vers le Sud à une brousse tigrée et d autre part, des steppes arbustives évoluant vers le Sud en steppes arborées. La zone soudanaise est dominée par la savane. La végétation présente l allure de paysages agricoles dominés par des espèces protégées dans le Nord soudanien. C est une zone fortement cultivée du pays du fait de la forte densité de population et d une meilleure pluviométrie. Le Sud soudanien bénéficie des climats les moins xériques du pays et des formations forestières les moins perturbées en raison de la faible densité de population. La végétation dans son ensemble est constituée de savanes boisées et de forêts claires entrecoupées de galeries forestières. Cette zone constitue pratiquement depuis deux décennies la zone d'immigration par excellence des éleveurs et des agriculteurs venant de la partie nord du pays en quête de meilleures conditions de vie ; ce qui entraînent le défrichement anarchique de superficies importantes à des fins d exploitation agricole et la réduction des superficies boisées d'année en année, et partant le disponible en bois Sols Le Burkina Faso est caractérisé par une hétérogénéité pédologique due à sa longue évolution géomorphologique et à la diversité de sa couverture géologique. D une manière générale, le pays dispose d un potentiel de terres à vocation agricole estimé à environ ha et dont 39 % sont annuellement cultivées. Les différents types de sols rencontrés sont : Tableau 1 : types de sol Types de sol Les sols bruns eutrophes tropicaux Les sols bruns subarides vertiques Les sols ferrugineux tropicaux Les sols ferralitiques Les sols hydromorphes Caractéristiques bonne capacité de rétention en eau une richesse minérale élevée bonne capacité de rétention en eau une richesse minérale élevée lessivés ou appauvris ph fortement à faiblement acide bonne aptitude pour l arboriculture chimiquement pauvres teneurs moyennes en matière organique et azote aptes à la riziculture pluviale et irriguée et au maraîchage. SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 3 Politique nationale de l eau La politique nationale de l eau, adoptée en 1998 a pour objectif global de contribuer au développement durable en apportant des solutions appropriées aux problèmes liés à l eau afin qu elle ne soit pas un facteur limitant du développement socio- économique. Cet objectif global est sous-tendu par quatre objectifs spécifiques portant : Satisfaire durablement les besoins en eau, en quantité et en qualité, pour une population croissante et une économie en développement, en veillant au respect des écosystèmes aquatiques, dans un contexte environnemental peu propice à la reconstitution et à la mobilisation de la ressource ; Se protéger contre l action agressive de l eau : érosion, corrosion, inondations, épidémies, ruptures de barrages ; Améliorer les finances publiques en allégeant le poids du secteur de l eau par un partage équilibré des charges entre les partenaires concernés : les pouvoirs publics, les collectivités et les usagers ; Prévenir les conflits dans la gestion internationale des ressources en eau. La mise en œuvre de la politique nationale de l eau s inspirera des neuf (9) principes suivants : Le principe d équité ; Le principe de subsidiarité ; Le principe du développement harmonieux des régions ; Le principe de la gestion par bassin hydrographique ; Le principe de la gestion équilibrée des ressources en eau ; Les principes de protection des usagers et de la nature ; Le principe préleveur-payeur ; Le principe de participation ; Le principe du pollueur-payeur. La politique nationale de l eau accorde la priorité à la satisfaction des besoins en eau potable de la population. Pour les autres usages, les priorités seront définies en tenant compte des SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 4 spécificités locales par application des principes d équité, de subsidiarité et de participation ( ) Situation des ressources en eau au Burkina Faso Réseaux hydrographiques L eau est une ressource naturelle renouvelable, c est un élément fondamental de la pérennité de tous les écosystèmes. Les cours d eau permanents sont cependant rares. Les ressources en eau du Burkina Faso sont presque exclusivement tributaires des pluies qui assurent la recharge des nappes d eau souterraine et le remplissage à des degrés divers, des lacs d eau de surface. En année moyenne, le pays reçoit environ 206,9 milliards de m 3 d eau répartis en volumes écoulés (4,16%), infiltrations (15,66%) et évaporation (80,18%). La capacité de stockage des lacs d eau de surface est estimée à un peu plus de 5 milliards de m 3 ; cependant en année moyenne, ces ouvrages n en stockent qu environ 2,66 milliards (GIRE, 2001). Drainé par trois grands fleuves internationaux, le pays partage ses ressources en eau de surface avec tous ses voisins. A partir du territoire national, il s écoule un volume total de 7,5 milliards de m 3 d eau vers les pays voisins. 4,7 milliards de m 3 peuvent être stockés sur le territoire. Le pays est traversé par trois (03) fleuves transfrontaliers à savoir : Le niger ; La volta ; La comoé. De quatre bassins hydrographiques nationaux que sont : le bassin de la Comoé, le bassin du Niger, le bassin de Nakambé et celui de Mouhoun. Sur ces quatre bassins hydrographiques, on distingue dix sept (17) bassins nationaux. SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 5 Tableau 2 : Bassins versants du Burkina Faso et leur superficie Bassin international bassin national Sous-bassin national Superficie (km 2 ) COMOE COMOE Comoé - Léraba Beli Gorouol NIGER NIGER Dargol Faga Sirba - Gouroubi Bonsoaga Dyamangou Tapoa - Mekrou Banifing NAKANBE Pendjari - Kompienga VOLTA Nakanbé Nazinon Sissili MOUHOUN Mouhoun supérieur Mouhoun inférieur Sourou BURKINA FASO Source : (Gestion Intégrée des Ressources en Eau, 2001) Barrages La mobilisation des eaux de surface a permis la construction de points d'eau, dont petits et moyens barrages. Ce qui a permis d'atteindre un taux de couverture en eau potable de près de 90 % de la population rurale, où vivent environ 80 pour cent des 12,3 millions d'habitants du Burkina, selon le ministère. ( ) Le remplissage des barrages stratégiques est donné par le tableau suivant : Tableau 3 : remplissage des barrages stratégiques sur les 6 dernières années Barrages Moyenne Bagré 71,15 102,35 79,41 100,00 90,59 102,94 91,07 Kompienga 31,33 59,02 56,10 38,63 32,05 68,78 47,65 Lombila 99,30 99,44 52,37 97,87 97,63 99,29 90,98 Ziga 104,10 120,00 99,50 108,00 107,00 117,50 109,35 Ouaga (2+3) 99,40 95,49 90,83 98,54 96,36 93,89 95,75 Seytenga 104,38 93,15 90,41 84,11 89,86 92,60 92,42 Sourou à Yaran (cap max 608 Mm 3 ) 46,57 90,79 40,95 51,38 48,03 97,86 62,60 Sourou à Yaran (cap max 360 Mm 3 ) 78,66 153,33 69,17 86,78 81,11 165,28 105,72 SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 6 Hydrogéologie Les ressources en eau souterraine du Burkina Faso sont estimées à milliards de m 3 dont seulement 9.5 milliards de m 3 de réserves renouvelables exploitables. Les grands aquifères sont localisés dans les zones sédimentaires de l Ouest et du sud ouest du pays et la recharge des nappes est également dépendante des pluviosités annuelles. On distingue deux grands domaines hydrogéologiques qui conditionnent la productivité des captages et les ressources exploitables : Le domaine cristallin : il occupe 82 % du territoire national et est essentiellement constitué de roches cristallines et cristallophylliennes (granite, gneiss, migmatites, schistes etc.). Les niveaux aquifères superficiels des réservoirs des altérites sont très influencés par les aléas climatiques et les pollutions. Ils sont susceptibles à une décharge rapide par évapotranspiration en saison sèche. Les débits obtenus varient entre 0,5 et 20 m 3 /h et la profondeur des niveaux statiques dans les forages varie entre 10 et 25 m sur presque toute la zone du cristallin ; Le domaine sédimentaire : constitué de formations qui se présentent en bandes, allant du Sud Ouest au nord et dans la partie sud-est du pays, la roche est constituée par les grès, les calcaires, les silexites et les schistes. Les forages ont une profondeur variant entre 65 et 100 m et peuvent fournir des débits de 100 m 3 /h. Ces aquifères du sédimentaire surtout ceux de l Ouest constituent de grandes réserves en eau pour le pays ( La recharge des nappes est estimée à 10% des précipitations moyennes annuelles. La baisse de la pluviométrie suite aux sécheresses des années 70 a provoqué une baisse des niveaux des nappes de l ordre de 0,5 m par an. Cette baisse a eu pour conséquence la transformation de certains cours d eau pérennes en cours d eau temporaires. La bonne pluviométrie observée vers la fin des années 80 a amorcé une tendance à la remontée des niveaux des nappes (DEZETTER, 1996). SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 7 Le tableau 4 donne une valeur des réserves en eau souterraine sont estimées à plus de 6 milliards de m 3. Tableau 4 : Réserves annuelles en eau souterraine Aquifère Superficie (km 2 ) Infiltrations (mm) Ressources en milliards de m 3 Aquifère du Gando Socle cristallin Grès du sud-ouest Divers Total (Source : DEZETTER, 1996) SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 8 II- LES PROBLEMES DE LA MOBILISATION DE LA RESSOURCE EN EAU 2.1- Climat Pluviométrie Le Burkina Faso étant un pays sahélien, ses cours d eau ont en général un régime non permanent. La pluviométrie est soumise à une forte variabilité spatiale et temporelle avec une tendance à la Baisse (Pana, 2006). La pluviométrie est un facteur important à l accès de l eau ; le remplissage des barrages ainsi que la montée des nappes souterraines en dépendent fortement. Le phénomène des pluies à l heure actuelle est marqué par un déplacement du début de la saison agricole du mois de mai, juin à août quelquefois. Au cours des deux (2) dernières années au Burkina Faso, les pluies ne sont pas venues au bon moment. Autre manifestation visible, les inondations. Lorsqu il pleut, cela se traduit avec une forte intensité ( Le déplacement des pluies et leur forte intensité sur une courte période est à l origine des phénomènes suivants à savoir : Le retardement dans le remplissage des barrages ; La disponibilité d une grande quantité d eau à une période donnée sans pouvoir la stockée (lâchage où destruction des barrages remplis) ; Une augmentation du ruissellement entrainant les terres érodées et qui participent à l ensablement des cours d eau. SYLLA Mahamoudou Master spécialisé GIRE 2008 Page 9 Figure 1: Evolution spatiale des normales pluviométriques de 1931 à 2000 (Direction de la Météo, 2001) Température Tout comme la pluviométrie, la température est une donnée climatique à caractère spatiotemporelle. Une hausse progressive de la température pour l ensemble du pays est de l ordre de +0, 2 C dans la zone soudanienne,
Related Search
Advertisements
Related Docs
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks