of 20

partis au gouvernement

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
l TÊTE-À-TÊTE SELLAL-OULD ABBÈS HIER 5 Edition du Centre - ISSN IIII partis au gouvernement l FLN, RND, MSP, TAJ et MPA formeront le prochain exécutif que dirigera Sellal PAGE 3 l GRÈVES DE LA FAIM
Transcript
l TÊTE-À-TÊTE SELLAL-OULD ABBÈS HIER 5 Edition du Centre - ISSN IIII partis au gouvernement l FLN, RND, MSP, TAJ et MPA formeront le prochain exécutif que dirigera Sellal PAGE 3 l GRÈVES DE LA FAIM CONTRE LA FRAUDE AUX LÉGISLATIVES Le FNA persiste et le FNJS suit l FAWZI REBAÏNE, PRÉSIDENT D AHD 54 : PAGE 3 «Nous allons droit vers l endettement» PAGE 3 l NORDINE AÏT HAMOUDA, ÉLU INDÉPENDANT À L APN : «Personne ne gagnera si la conjoncture difficile qui se profile aboutit à une explosion» PAGE 4 l IL Y A SÉJOURNÉ À PLUSIEURS REPRISES CES DERNIERS TEMPS La Libye racontée par Messahel Les matinées commencent très tôt pour Abdelkader Messahel et ses week-ends se limitent visiblement seulement au vendredi. Ce samedi 13 mai, il accepte cependant de nous recevoir dans son bureau pour nous raconter la Libye, ce «pays frère» qu il vient de parcourir de bout en bout pour tenter de réconcilier les Libyens entre eux. Le voyage s avère passionnant PAGE 5 Photos : Samir Sid. LUNDI 15 MAI CHAÂBANE N PRIX 20 DA - FAX : RÉDACTION : PUBLICITÉ : TÉL : DIGOUTAGE Par Arris Touffan Répudiation Le vieux théorème selon lequel on n est jamais plus véhément opposant que si on est passé par le pouvoir ne cesse de se vérifier. On l a toujours su, mais on le confirme à chaque échéance, et deux fois plutôt qu une. Ainsi en est-il de l après-législatives du 4 mai. Les plus hostiles opposants sont précisément ces gens qui ont été, à un moment ou un autre, dans le système. Ils ont été soit proches du Président, soit ministres et même Premier ministre et, une fois éjectés pour une raison ou une autre, les voilà dans un nouvel habit, celui de l acerbe et irréductible héros de l opposition. Depuis l indépendance, combien d hommes et de femmes qui se sont usés à gagner un strapontin dans le pouvoir au prix des plus basses accointances, avalant toutes les anguilles du monde, se découvrent un courage de lion dès qu on les vire? La liste est longue. On ne citera pas de noms, ici. Quelques-uns, acteurs ou plutôt figurants d épisodes récents, sont encore dans l actualité. Ils continuent incontinents à déverser la hargne née de la répudiation. Souvent, d ailleurs, ils arrivent à faire oublier d où ils viennent. On ne pensera pas à leur jeter la pierre. C est ça aussi, c'est le jeu pervers du pouvoir. Tant qu on est là, on accepte le pire, et puis, dès qu on est jeté, on retourne le pire contre ses idoles. On le sait aussi, une répudiation ne se fait jamais dans la félicité et la quiétude. A. T. P ERISCOOP Lundi 15 mai Page 2 RHB bis? Un biosimilaire de l insuline vient d être approuvé par l Algérie en l absence d une réglementation pour ce type de produit. Au-delà du fait qu il provient d un pays émergent, il faut des mécanismes de ges- tion des risques sur les milliers de patients diabétiques, et ce, avant même sa mise sur le marché. Comment s est faite cette homologa- tion? Nul ne le sait pour le moment. «Congrès de l unité» reporté Le «Congrès de l unité», qui devait sceller une alliance à long terme entre le MSP et le Front du chan- gement, a été finalement reporté a u m o i s d e j u i l l e t p r o c h a i n. Pour certains observateurs de la scène politique, cette rencontre pourrait même être annulée en dernier ressort. «Le fait que Menasra ait pris la déci- sion d intégrer le p r o c h a i n g o u - v e r n e m e n t a contrarié les desseins de Mokri.» Protection et réhabilitation de Sidi-El-Houari L e p r o j e t d e s a u v e - garde et de réhabilita- tion de la zone proté- gée de Sidi-El-Houari à Oran est toujours d a c t u a l i t é, a v o n s - n o u s a p p r i s. L e ministère de la Culture e s t e n p h a s e d e r e c h e r c h e d u n organisme capable de prendre en charge un tel projet. Un jour, un sondage Le dessin de Karim Pensez-vous que le prochain gouvernement sera plus politique que technocrate? OUI NON Sans opinion Pensez-vous que la relative baisse des prix enregistrée ces derniers jours se poursuivra durant le Ramadhan? OUI : 18,3% Résultat sondage NON : 78,5% S. OPINION : 3,2% I l est des jours comme ça où, la proximité et l histoire commune aidant, je regarde se dérouler, ailleurs, une passation de pouvoir entre un Président déjà jeune, comparé à d autres et un successeur encore plus jeune. Le plus jeune que son pays ait jamais porté au pouvoir. L élection surprend, sans que l on estime urgent d attribuer un quelconque manque d expérience au tout nouveau chef de l Etat. Il n y a pas de chèque en blanc, mais il y a le respect que l on doit en toute circonstance à une collectivité qui choisit de faire la part belle à l alternance et aux générations en devenir. Voilà donc un pays où aussitôt une campagne achevée, S O I T D I T E N PA S S A N T Grands défis... et grève de la faim une autre s autorise à prendre le relais, sans que l on soupçonne d éventuels écarts de conduite de la part d une administration dont la neutralité est requise et comprise dans le contrat social. Là où la vigilance citoyenne n est pas un vain mot, mais une réalité incontestable. En France, tout juste de l autre côté de la Méditerranée, l engagement des jeunes auprès de l un des candidats à la présidentielle, porté jusqu à la consécration, a été remarquable. En Algérie, les nôtres de jeunes ont conduit la campagne pour le boycott jusqu au succès en prenant le pouvoir, de manière très efficace et en l absence d autres alternatives, sur les réseaux sociaux. Si cette nouvelle manière de mener la contestation s est imposée de façon impressionnante, elle n a pas empêché les dérives auxquelles certaines pratiques nous ont habitués. Parmi les conséquences : des candidats-militants qui se voient contraints de passer par le chantage au suicide pour se faire entendre. Une grève de la faim pour que justice soit rendue quand on pense avoir épuisé tous les recours? Loin de moi l intention de railler une pareille conduite. Sauf que je ne me souviens pas qu une action, aussi extrême, ait jamais eu raison d une autorité qui se régénère à l issue de chaque consultation électorale. Pourquoi, Par Malika Boussouf par conséquent, ne pas aller grossir les rangs de ceux qui diversifient leur mode d expression pour exprimer leur désir de changement et leur rejet d un pouvoir qui ne leur veut aucun bien? M. B. Actualité TÊTE-À-TÊTE SELLAL-OULD ABBÈS HIER Lundi 15 mai PAGE 3 5 partis au gouvernement Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, hier dimanche, au Palais du Gouvernement, le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, en sa qualité de «représentant du président de la République chargé des consultations avec les partis politiques autour du prochain gouvernement». Ce long tête-àtête Sellal-Ould Abbès clôture la série des consultations qu a menées le Premier ministre. Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - A en croire une source sûre, Sellal a fait un tour d horizon avec le chef du parti vainqueur des élections législatives du 4 mai dernier, notamment les résultats des consultations menées depuis quelques jours avec tous les partis sollicités pour intégrer le nouveau gouvernement. Un gouvernement qui sera constitué de cinq partis politiques, nous confie notre source. Il s agit, outre du Front de libération nationale et du Rassemblement national démocratique, du Mouvement populaire algérien de Amara Benyounès, du parti TAJ de Amar Ghoul et du revenant, l invité surprise en quelque sorte, le Mouvement de la société pour la paix de Abderezzak Mokri. Si aucun nom n a filtré pour le moment, s agissant des ministres partants et de ceux qui seront nommés dans le futur gouvernement, il est néanmoins entendu à ce que chaque parti aura un quota qui correspondrait à son résultat aux législatives du 4 mai. Cela donnera lieu, donc, à un gouvernement dominé par le FLN et, à un degré moindre, par le RND de Ahmed Ouyahia. Quant au MSP, le TAJ et le MPA, ils auront, nous apprend encore notre source, une présence symbolique dans le nouvel exécutif. Deux conditions ont été posées aux partis reçus par Sellal et qu ils ont acceptées. La première est leur appui et soutien au programme du président de la République. Si cela va de soi, pour, respectivement le FLN, le RND, le TAJ et le MPA, quatre partis qui ont d ailleurs mené la Abdelmalek Sellal. campagne électorale du candidat Abdelaziz Bouteflika aux dernières présidentielles du 17 avril 2014, la chose risque de faire exploser le parti islamiste, le MSP. Jusqu à il y a à peine dix jours, ce parti était dans une posture d opposant «frontal» au pouvoir. Il se proclamait même comme le leader de l opposition! Mieux, avant de quitter la coalition de l opposition dénommée l Isco (Instance de suivi et de coordination de l opposition) il était parmi les plus virulents opposants au quatrième mandat de Abdelaziz Bouteflika! Difficile pour la direction du MSP d expliquer ce retournement spectaculaire. D abord pour sa base, mais, surtout, pour l opinion publique. Mais il est vrai que la GRÈVES DE LA FAIM CONTRE LA FRAUDE AUX LÉGISLATIVES Le FNA persiste et le FNJS suit Photo : Samir Sid politique de l «entrisme» initiée par Mahfoud Nahnah a fini par faire perdre à ce parti toute crédibilité, y compris au sein de sa propre famille idéologique. Concernant la deuxième condition imposée par Bouteflika, et que nous annoncions dans l une de nos précédentes éditions, il s agit du veto présidentiel à l entrée au gouvernement, des chefs des partis sollicités. A moins que ces derniers, comme c est le cas de Amar Ghoul et de Amara Benyounès, optent pour un autre scénario, celui de la démission de la direction de leurs partis respectifs, nous apprend-on. Quoi qu il en soit, le prochain gouvernement que conduira Abdelmalek Sellal scellera le sort de l expérience des gouvernements technocrates qui se sont succédé depuis septembre On reviendra à la configuration des anciens exécutifs de coalition inaugurée par Liamine Zeroual depuis 1997 et poursuivie par Abdelaziz Bouteflika de 1999 jusqu à la sortie du MSP en K. A. La grève de la faim est, désormais, le nouveau mode d emploi pour dénoncer la fraude aux élections législatives du 4 mai dernier. Initié par le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, ce mouvement de protestation a été adopté dernièrement par le président du Front national pour la justice et la solidarité (FNJS), Khaled Bounedjma. Rym Nasri - Alger () - Dix jours se sont déjà écoulés depuis le début de la grève de la faim de Moussa Touati. Rejoint par plusieurs partisans, notamment des candidats aux dernières législatives, il a appelé les présidents des bureaux de wilaya de son parti à rallier le mouvement de protestation. «Si les présidents de quelques bureaux de wilaya du parti ont rejoint le mouvement de grève dès son entame, le reste des présidents de bureaux de wilaya observeront la grève de la faim dès aujourd hui», assure le président du FNA. Installé sur un matelas dans la grande salle de conférences du siège de son parti, le visage pâle, affaibli et amaigri, Moussa Touati s exprime d une voix presque inaudible. Dénonçant le silence du pouvoir, il affirme que sa formation politique n a, jusqu à aujourd hui, pris contact avec aucune instance étrangère. Seulement, poursuit-il, «à un moment donné, nous serons obligés de nous ouvrir au monde et de communiquer avec notamment les organisations des droits de l Homme, les tribunaux internationaux et les organisations des libertés d expression». Selon lui, c est une question de temps. «Nous espérons que les personnes au pouvoir prendront conscience de cette situation car nous sommes des nationalistes et nous ne voudrions pas étaler notre linge sale aux étrangers», dit-il. Younès Djama - Alger (Le Soir) - «Le président de la République n assume pas son rôle constitutionnel, le pays est géré par procuration et le Conseil ne bouge pas», a déclaré Ali Fawzi Rebaïne, lors d un point de presse au siège du parti consacré à la situation générale du pays. Et d ajouter sur le même sujet : «Nous n allons pas déposer de recours pour la simple raison que nous savons d avance que les prérogatives du Conseil constitutionnel sont très limitées.» Une institution qui, d après les mots de M. Rebaïne, «fonctionne au téléphone comme la justice». Un secteur qui a également été critiqué par le président d Ahd 54 qui dénonce que les magistrats soient réquisitionnés pour les élections alors que «leur place est dans les palais de justice». Toujours aussi remonté contre l appareil judiciaire, le président de Ahd 54, qui a pris part à pratiquement toutes les élections aussi bien locales que nationales, déplore l absence de réaction des magistrats en ce qui concerne l achat des places sur les listes électorales, des affaires qui impliquent même des chefs de partis. A propos des élections législatives et du score de son parti, Fawzi Rebaïne est catégorique : quel qu eût été son score, il lui est impossible de changer les choses, alors que le même système continue de sévir. D où son appel à «changer le système», incapable de régler les besoins basiques des citoyens à qui M. Rebaïne prévoit des jours sombres. «Nous nous dirigeons droit vers l endettement», a-t-il proclamé ajoutant fataliste : «Le pays est ruiné.» Selon lui, «ni Sellal, ni le gouvernement Le président du FNA se réjouit, toutefois, des instructions judiciaires ouvertes suite aux saisines adressées aux procureurs généraux par la Haute Instance indépendante de surveillance des élections. «Nous attendons les résultats de l enquête et maintiendrons notre position», précise-t-il avant d ajouter : «Nous savons pertinemment que le taux de participation n a pas dépassé les 15%, que les résultats des élections ont été truqués, que le Premier ministre a mené une campagne parallèle à la campagne électorale pour son propre intérêt dans le but de se préparer pour les prochaines élections présidentielles, et nous aspirons à ce que la vérité soit connue par tous et que justice soit faite.» Déterminé à aller jusqu au bout, Touati compte, justement, saisir le ministre de la Justice pour vérifier les empreintes apposées sur les listes électorales. «Nous demanderons également à ce que le Conseil constitutionnel n annonce pas les résultats définitifs des législatives tant que l affaire est toujours en justice», dit-il encore. En guise de protestation contre ce qu il qualifie de «fraude électorale massive commise par l administration», Khaled Bounedjma a, lui aussi, entamé une grève de la faim depuis mercredi dernier. Suite à la détérioration de son état de santé, il a été évacué, samedi dernier, aux urgences de l'hôpital de Zeralda, à l ouest d'alger. Ry. N. FAWZI REBAÏNE, PRÉSIDENT D AHD 54 : «Nous allons droit vers l endettement» Il le dit lui-même. Fawzi Rebaïne n ira pas déposer de recours auprès du Conseil constitutionnel pour réclamer les sièges des législatives du 4 mai à l issue desquelles son parti a été crédité de deux sièges. Son prétexte est que le Conseil que préside Mourad Medelci est dénué de légitimité et n est qu un appendice de la présidence de la République. Fawzi Rebaïne. actuel ou à venir ne sont capables de sortir l Algérie de la crise». Le chef de parti renouvelle son appel pour un «contrat social» et un «gouvernement de coalition nationale», des élections libres et une trêve sociale, toutes devant déboucher sur une véritable feuille de route afin de sortir le pays de la crise. Y. D. Photo : Samir Sid Actualité Lundi Photo : NewPress 15 mai PAGE 4 CONFÉRENCE DE PRESSE DE N. AÏT HAMOUDA, ÉLU INDÉPENDANT À L APN : «Personne ne gagnera si la conjoncture difficile qui se profile aboutit à une explosion» Ainsi, Nordine Aït-Hamouda va remettre son costume de député pour un mandat acquis, dit-il, grâce au choix du cœur et de la raison de ceux qui l ont élu. Ceci, tout en étant convaincu que la nouvelle Assemblée nationale ne résoudra rien. Plus qu une certitude, une conviction. Le nouvel élu, indépendant et Puis, au nouveau député de chef de file d Alternative citoyenne, n a pas manqué, en effet, de mission parlementaire chargée rappeler l institution d une com- dire d entrée ce qu il pense de de se pencher sur la «fraude», cette institution qu il ne connaît commission qui «par injonction que trop bien. «Depuis les élections législatives de 1997, la droit. Ce à quoi ont abouti les politique» n a jamais exercé son légitimité et la crédibilité de élections du 4 mai dernier, c est l Assemblée nationale ont connu «un deal politique stratégique une physique dégressive au entre les tenants du pouvoir détriment de la stabilité des institutions de la République», assètaires et le segment islamiste incarnés par les partis majorine-t-il pour ensuite expliquer que domestiqué». «ce déclin politiquement suicidaire est délibérément orchestré Hamouda, ces élections ont En fait, pour Nordine Aït aux fins de pérennité dans le abouti à ce qu il appelle un rapprochement bâti sur les intérêts pouvoir dont l alternance est devenue chimérique» en mettant de la rente et de l argent sale, en avant le taux de participation d une part, et la logique des quotas et le bourrage des urnes ont et le nombre de votes blancs qui ne peuvent permettre au pouvoir produit, d autre part, des groupements politiques émiettés, satel- de se targuer d une bonne gouvernancelites des partis éternellement IL SALUE SON RÔLE DANS LE RÈGLEMENT DES CRISES EN AFRIQUE Un responsable onusien rend hommage à l'algérie Le secrétaire général adjoint des Nations-Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a rendu hier hommage à l'algérie pour son rôle joué en matière d'instauration de la paix et de la sécurité ainsi que dans le règlement des crises dans la région et en Afrique à travers des actions jointes à celles de la communauté internationale. «Je remercie les autorités algériennes pour le rôle essentiel que joue l'algérie pour aider à résoudre les crises qui affectent le continent africain», a déclaré M. Lacroix, au terme de l'audience que lui a accordée à Alger le ministre d'etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et à laquelle a assisté le Représentant spécial du Secrétaire général de l'onu au Mali et chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), Mahamat Saleh Annadif. «Nous avons parlé avec MM. Lamamra et Ennadif de la situation au Mali, nous avons redit toute notre appréciation pour le rôle absolument incontournable que joue l'algérie, qu'elle a joué dans le passé, qu'elle joue aujourd'hui et qu'elle jouera demain encore pour continuer nos efforts collectifs pour ramener la paix et la stabilité au Mali et dans le Sahel», a indiqué M. Lacroix. Rappelant les efforts collectifs de l'algérie, des Nations-Unies, de M. Annadif et des autres partenaires pour rétablir la paix et la sécurité au Mali, le responsable onusien a, toutefois, ajouté que «beaucoup reste à faire...» «Il y a des défis, une situation sécuritaire qui reste difficile, encore du travail pour mener à bien la mise en oeuvre de l'accord de paix, mais les discussions que nous avons eues, ont confirmé l'engagement de l'algérie pour conserver ce rôle leader dans ce travail collectif pour aider le peuple malien et les pays de la région à retrouver la stabilité», a également souligné M. Lacroix. L'Algérie en sa qualité de chef de file de la médiation internationale avait conduit les pourparlers inter-maliens pour le règlement de la crise dans la région nord du Mali, couronnés par la signature de l'accord de paix et de réconciliation au Mali dont elle (l'algérie) préside aujourd'hui le Comité de la mise en oeuvre de cet accord. APS Nordine Aït-Hamouda. dominants en prévision des futures batailles électorales à l orée de 2019, c'est-à-dire l élection présidentielle. Des partis dits démocrates ont signé un net recul, et ce, pour n avoir pas su tirer les leçons des différentes expériences. «Les ambitions démesurées, les arbitraires exclusions, l extinction et l isolement des intelligences, les logiq
Related Search
Advertisements
Related Docs
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks