of 16

SUPPLÉMENT SEMAINE VERTE Magazine de la direction générale de l environnement UTILISATION EFFICACE DES RESSOURCES. Utiliser moins, vivre mieux

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
SUPPLÉMENT SEMAINE VERTE 2011 Magazine de la direction générale de l environnement UTILISATION EFFICACE DES RESSOURCES Utiliser moins, vivre mieux M A G A Z I N E D E L A D I R E C T I O N G É N É R A
Transcript
SUPPLÉMENT SEMAINE VERTE 2011 Magazine de la direction générale de l environnement UTILISATION EFFICACE DES RESSOURCES Utiliser moins, vivre mieux M A G A Z I N E D E L A D I R E C T I O N G É N É R A L E D E L E N V I R O N N E M E N T S U P P L É M E N T 2 B I O D IVE R S I T Y Éditorial L utilisation efficace des ressources a été le thème commun à tous les événements de la Semaine verte de cette année. Cette question a été au cœur de tous les débats qui ont eu lieu au cours des quelque 40 sessions qui ont réuni un impressionnant panel d orateurs et enregistré une participation de la Commission européenne plus importante que jamais. En réaction à une sollicitation croissante des ressources qui se heurte aux réalités de la planète, deux messages clairs se sont dégagés. Pour le commissaire chargé de l environnement, Janez Potočnik, «l utilisation efficace des ressources relève avant tout du bon sens: qui donc souhaiterait utiliser de manière inefficace les ressources?» Sa collègue Connie Hedegaard, commissaire à l action pour le climat, a insisté sur le fait qu il n était plus possible de «continuer sur le même mode». Le sujet a été examiné sous de nombreux angles par des participants de provenances diverses, notamment du monde des affaires et du secteur privé, d organisations internationales, d organisations non gouvernementales (ONG), ainsi que par des experts et fonctionnaires européens. En plus de la conférence principale tenue à Bruxelles, 30 manifestations satellites se sont déroulées dans 16 États membres, réunissant plus de participants dans le cadre de cette Semaine verte. Pas moins de téléspectateurs ont suivi la conférence en direct sur l internet. La Commission européenne s inspirera des conclusions de tous ces débats pour achever sa feuille de route portant sur une utilisation efficace des ressources d ici à 2020 et même plus loin: à l horizon Cette feuille de route devrait être approuvée avant la fin de l année. L exposition animée et instructive qui accompagne la Semaine verte est un attrait supplémentaire de cet événement. Cette année, près de 50 stands ont présenté des actions menées par des entreprises, des autorités locales et régionales, des ONG et d autres organismes, ayant tous pour but d améliorer notre environnement. Les participants ont également eu la possibilité de sonder l avenir et d admirer Solar Impulse, le premier avion au monde alimenté par énergie solaire, lorsqu il a atterri à Bruxelles après avoir survolé la Suisse. Les retransmissions en direct ont été archivées et vous pouvez encore suivre la plupart des sessions dans leur intégralité en cliquant sur l onglet «Greenweek live», à la page L Environnement pour les Européens ec.europa.eu/environment/news/efe/index.htm INFORMATIONS ÉDITORIALES L Environnement pour les Européens est un magazine trimestriel publié par la direction générale de l environnement de la Commission européenne. Il est disponible en bulgare, espagnol, tchèque, allemand, estonien, grec, anglais, français, italien, lituanien, polonais, portugais et roumain. Abonnement gratuit. Vous pouvez vous abonner à l aide du formulaire inséré dans le magazine ou en ligne à l adresse environment/mailingregistration/main/mailing_reg.cfm Rédacteur en chef: Róbert Konrád Coordinateur: Jonathan Murphy Pour plus d informations, veuillez contacter l unité «Communication»: Information et documentation: Site internet de L Environnement pour les Européens: Sommaire 03 Utilisation efficace des ressources: utiliser moins, vivre mieux 05 Des méthodes intelligentes pour renforcer la biodiversité 06 Bioéconomie: exploiter un nouveau potentiel 07 Un autre regard sur nos déchets 08 Réduire les déchets alimentaires en Europe 09 «Verdir» les modèles de consommation et les méthodes de production européens 10 Réhabiliter nos sols L ENVIRONNEMENT EN LIGNE Vous voulez connaître les actions entreprises par l Union européenne dans le domaine de la protection de l environnement, apprendre ce qu est une politique intégrée de produits ou savoir comment remplir les conditions requises pour obtenir un «écolabel»? Découvrez toutes ces informations et bien plus encore sur le site internet de la DG Environnement: ec.europa.eu/environment/index_fr.htm NOTE Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, ne pourra être tenue responsable de l utilisation éventuelle des informations contenues dans la présente publication ni des erreurs qui, malgré le soin apporté à la préparation et au contrôle de cette publication, pourraient s y glisser. Imprimé sur papier recyclé ayant reçu l écolabel européen pour le papier graphique (ec.europa.eu/environment/ecolabel) Luxembourg: Office des publications de l Union européenne, 2011 ISSN ISBN doi: /90632 Union européenne, 2011 Reproduction du texte autorisée moyennant mention de la source. Reproduction des images interdite. Printed in Belgium 11 Vers des pratiques agricoles plus écologiques 12 La «croissance bleue», ou l utilisation durable des ressources marines 13 Mieux gérer l eau 14 Supprimer les effets pervers de l utilisation efficace des ressources 15 Un monstre en sacs plastique 16 Solar Impulse U T I L I S AT I O N E F FIC A C E D E S RES S OU R C E S 3 T Utilisation efficace des ressources: utiliser moins, vivre mieux L utilisation efficace des ressources a été le thème prioritaire de la Semaine verte Alors que des ressources naturelles comme l eau, les sols, les minerais et la biodiversité sont de plus en plus sollicitées, il devient impératif de trouver des moyens durables de les utiliser. Près de 40 sessions ont eu pour thème principal les manières de relever ce défi. «Nous nous sommes enfermés dans des systèmes, des infrastructures et des habitudes conçus à une époque où les ressources et les écosystèmes n étaient pas menacés.» Janez Potočnik, commissaire européen chargé de l environnement Le commissaire chargé de l environnement, Janez Potočnik, a donné le ton pour les quatre jours de débats quand il a affirmé, lors de la séance d ouverture, que l utilisation efficace des ressources relevait «avant tout du bon sens», appelant la Semaine verte à marquer «le début de la révolution du bon sens». Malgré les pressions croissantes sur nos ressources limitées il faut chaque jour alimenter personnes de plus et subvenir à leurs besoins, la population devant atteindre 9 milliards d habitants vers 2050, l inefficacité et le gaspillage sont monnaie courante. «Nous nous sommes enfermés dans des systèmes, des infrastructures et des habitudes conçus à une époque où les ressources et les écosystèmes n étaient pas menacés. Bien souvent, nous utilisons les ressources de manière inefficace, comme si c était devenu normal. Les vieilles habitudes ont la vie dure», a déclaré le commissaire tout en exhortant à un changement radical de comportement. Pour lui, l utilisation efficace des ressources, un des piliers de la stratégie globale Europe 2020 de l Union européenne (UE), ne consiste pas seulement à garantir la pérennité des ressources existantes. Elle suppose également qu elles soient utilisées durablement. Un découplage Le professeur et docteur Ernst Von Weizsäcker, coprésident du Panel international des ressources (PIR) du Programme des Nations unies pour l environnement (PNUE), a affirmé que faire la distinction entre richesse et utilisation des ressources était le prochain défi majeur. C est sur cet objectif que se concentrent les travaux du Panel. Il a insisté sur le fait qu un découplage dans les domaines de l énergie, des minéraux, de l eau et des sols est techniquement faisable et qu il peut présenter un certain attrait politique. En effet, le public soutient fortement de telles orientations. Un récent sondage Eurobaromètre révèle que 87 % des personnes interrogées pensent que l Europe peut utiliser ses ressources plus efficacement, contre 5 % qui ne sont pas d accord et 8 % qui n ont pas répondu. Ce découplage peut prendre différentes formes: on peut découpler bien-être et produit intérieur brut (PIB), découpler PIB et utilisation des ressources, et découpler utilisation des ressources et impact sur l environnement. Néanmoins, le rapport sur l impact environnemental de la consommation et de la production, publié par le PIR en 2010, révèle que le découplage est resté jusqu à présent un phénomène limité. La consommation d eau, par exemple, continue d évoluer au même rythme que le PIB et, pour les métaux spéciaux, les taux de recyclage ne dépassent pas 1 %. Le professeur Von Weizsäcker a appelé à une redéfinition de la productivité. Jusqu ici, elle a été essentiellement focalisée sur une augmentation de production issue de la maind œuvre. Il faut maintenant remplacer ce concept par une augmentation de la productivité des ressources. Selon lui, pour reproduire le succès d une croissance de productivité de la main-d œuvre parallèle à celle du coût du travail, les prix de l énergie et d autres ressources devraient augmenter au même rythme que les gains de productivité de ces dernières. Des prix élevés de l énergie ne sont pas nécessairement nuisibles à l économie, a-t-il affirmé, en citant l exemple M A G A Z I N E D E L A D I R E C T I O N G É N É R A L E D E L E N V I R O N N E M E N T S U P P L É M E N T 4 U T I L I S A T IO N EF F I C A CE D E S R E S S OUR C ES «Si nous ne sortons pas de notre routine, nous n aurons aucune marge de manœuvre.»connie Hedegaard, commissaire européenne à l action climatique du Japon qui, dans un tel cas de figure, a malgré tout enregistré une forte croissance pendant quinze ans. Soutien politique Jo Leinen, président de la commission de l environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen, a exprimé son soutien aux objectifs de la Semaine verte 2011 et a suggéré que le nouveau cadre financier pluriannuel post-2013, qui sera négocié dans les prochains mois, pourrait être un instrument utile pour «verdir» l économie. énergétique» portent leurs fruits, ceux dont l application est facultative ne donnent guère de résultats. «L utilisation efficace des ressources doit refléter les enseignements de cet ensemble de mesures», a-t-il ajouté. Mercedes Bresso, présidente du Comité des régions, et qui s est présentée comme une «économiste environnementaliste de profession et écologiste de conviction», a elle aussi apporté un soutien politique en rappelant que les villes et régions ont de lourdes responsabilités dans l application sur le terrain de la législation européenne et nationale. Plaidant en faveur d indicateurs au-delà du PIB, elle a invité l UE à évaluer l impact de son financement dans le cadre des objectifs environnementaux. Changer de modèle Au cours de la dernière session, la commissaire à l action pour le climat, Connie Hedegaard, a rappelé le message qui a été le fil rouge de toute la semaine: un changement des compor tements et des modèles de consommation est indispensable et doit devenir le leitmotive de l UE. «Si nous ne sortons pas de notre routine, nous n aurons aucune marge de manœuvre. Normalement, quand on suit une routine, on se trouve dans un monde familier. Mais ici, ce n est pas le cas. Ce que nous trouverons, ce sera moins de bien-être, plus d insécurité et des coûts plus élevés», a-t-elle averti. La commissaire estime que, dans le cadre de la préparation de la feuille de route «Énergie 2050» qui doit être présentée par la Commission à l automne prochain, des objectifs à plus long terme pourraient être fixés en matière d énergies renouvelables: des objectifs alignés sur le calendrier des baisses d émissions de carbone prévues jusqu à cette date. Elle préconise également la mise en place d instruments plus étroitement liés au marché ainsi que d avantages économiques qui permettraient d améliorer la tarification des ressources. S attaquer aux changements climatiques et garantir une utilisation efficace des ressources, c est ce qui permettra d améliorer la croissance, l innovation et l emploi, a-t-elle affirmé. Les participants ont reçu un autre message très explicite avant de rentrer chez eux. Une «course à l écologie» s est engagée entre des pays qui se font concurrence pour remporter la course à l efficacité en matière d environnement et de pollution. Pour gagner, a déclaré Björn Stigson, président du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD), un pays doit transformer son marché intérieur de façon à créer de la demande. La Chine, par exemple, est en train de gagner parce qu elle investit énormément dans les énergies propres et qu elle arrive en tête dans les domaines solaire et éolien. La Corée s est fixé le but de devenir une des cinq puissances écologiques mondiales, et l Inde cherche à offrir des solutions à bas prix à sa population. Voilà la concurrence que doit affronter l UE. T L Europe, a-t-il dit aux participants, a inventé la révolution industrielle. Elle a maintenant la responsabilité de faire une nouvelle révolution industrielle pour nettoyer l environnement. Les objectifs d utilisation efficace de l énergie que l Union européenne s est fixés pour l année 2020 prouvent qu elle peut être un leader mondial. Ce député allemand du Parlement européen a cependant fait observer que, alors que les éléments contraignants du paquet «efficacité B I O D I VE R S I T É 5 T Des méthodes intelligentes pour renforcer la biodiversité Des millions de personnes jouent au golf pour rester en forme et des millions d autres suivent de près les exploits des stars professionnelles de ce sport. Ce que l on sait moins, c est que les nombreux terrains de golf permettent de renforcer la biodiversité en Europe. L Europe compte parcours de golf, qui couvrent près de hectares, soit 25 fois la taille de Bruxelles. Seulement la moitié de ces surfaces sont régulièrement tondues et entretenues, ce qui laisse de vastes étendues de terrain pouvant être mises à profit pour protéger et développer la flore et la faune. Steve Isaac, de l Association européenne de golf (AEG), a expliqué, lors d une session sur le thème «Travailler en meilleure intelligence avec la nature pour protéger la biodiversité», de quelle manière ce sport coopère avec les autorités européennes pour protéger, améliorer et reconstituer la biodiversité, utiliser moins de produits agrochimiques et promouvoir une utilisation efficace de l eau. istockphoto L AEG encourage ses membres à appliquer des méthodes durables de développement à tous les terrains de golf et à intégrer dans leur travail les directives ayant trait à la biodiversité, élaborées par l Association. M. Isaac a également donné des exemples de terrains construits sur d anciennes décharges et d anciennes carrières, qui servent désormais d habitats salubres à de nombreuses espèces d oiseaux, d animaux et de plantes. Évaluation des écosystèmes par les entreprises James Griffiths, du WBCSD, qui, avec 200 multi nationales parmi ses membres, est le porte-parole des entreprises en matière de développement mondial, a parlé de l aspect commercial des services écosystémiques. Cet aspect comporte des risques mais offre des opportunités. Un comportement irrespectueux de l environnement, a-t-il averti, peut nuire au fonctionnement d une entreprise et à sa réputation et lui causer des problèmes réglementaires et juridiques. Par ailleurs, l application des meilleures pratiques peut l aider à s introduire sur de nouveaux marchés et à mettre au point de nouveaux produits. Le WBCSD a rédigé un guide de l évaluation écosystémique par les entreprises, conçu pour les aider dans leurs prises de décisions grâce à une évaluation des services écosystémiques. Le guide montre que l évaluation écosystémique sera mieux incorporée dans les décisions de politique publique et que le secteur financier ainsi que les partenaires commerciaux évalueront de mieux en mieux les risques pour la biodiversité et les écosystèmes dans leurs prévisions d investissements et leurs analyses des chaînes d approvisionnement. Ce guide conseille les entreprises sur la manière d évaluer, de gérer et de diminuer leur dépendance vis-à-vis des services écosystémiques et sur la manière de quantifier les risques et opportunités de nature commerciale. Un de ses messages clés est que leur activité dépend de la biodiversité et des services tirés des écosystèmes, et qu elle a une influence sur ceux-ci. M. Griffiths affirme que, si elles appliquent les techniques préconisées, les entreprises peuvent réduire leurs coûts, générer de nouveaux revenus et mieux évaluer leurs responsabilités et les risques de devoir indemniser en cas de dommages. Vous pouvez télécharger ce guide ici: VSaiYK6enw6XqphqqkTT/WBCSD_Guide_ CEV_April_2011.pdf T M A G A Z I N E D E L A D I R E C T I O N G É N É R A L E D E L E N V I R O N N E M E N T S U P P L É M E N T 6 B I O É C ON O M I E T Bioéconomie: exploiter un nouveau potentiel Le secteur économique des produits d origine biologique représente à l heure actuelle quelque milliards d euros et fournit plus de 20 millions d emplois en Europe. Il est un des éléments clés de la stratégie Europe 2020 qui contribue de manière appréciable à améliorer la sécurité alimentaire et l efficacité énergétique, à rendre la vie plus saine et à contrer le changement climatique. La Commission européenne est en train d élaborer une stratégie qui permettra à ce secteur de réaliser tout son potentiel. biologiques et d informer le public des implications de cette nouvelle technologie. Le plan d action examinera également d autres questions pertinentes, comme la gouvernance, la formation et la dimension internationale du problème. La bioéconomie dans la pratique Les Européens sont convaincus que la bioéconomie peut offrir des avantages considérables à notre société. Une consultation à grande échelle réalisée par la Commission européenne révèle que plus de 90 % des personnes interrogées sont optimistes ou croient à ses bénéfices potentiels. À court terme, ces bénéfices sont principalement la diminution de la pollution et des déchets et l augmentation de l approvisionnement en denrées agricoles et en services. Cependant, comme l a dit un chef d unité de la direction générale de la recherche et de l innovation lors d une session sur la sécurité alimentaire et la gestion durable des bioressources, des voix discordantes se font entendre. Le docteur Antonio Di Giulio estime que la bioéconomie pourrait conduire à une perte de biodiversité et que la sécurité alimentaire et les ressources dans les pays en développement risquent d être menacées du fait d une plus forte production agricole destinée à un usage non alimentaire. La Commission européenne élabore actuellement un projet de stratégie et de plan d action européens pour une bioéconomie durable d ici à Ce projet est attendu pour la fin de l année 2011 et traitera, entre autres, de deux obstacles clés: l absence de liens suffisants entre, d une part, les nombreuses poli tiques qui touchent à la bioéconomie et, d autre part, les décideurs et les intervenants du secteur. Cette stratégie insistera sur la nécessité de mettre en place un cadre politique cohérent, d adapter les activités de recherche, de développer des marchés fondés sur des produits Le docteur Rolf Stratmann, du ministère fédéral allemand de l éducation et de la recherche, s est penché sur la bioéconomie de son pays. La stratégie nationale rendue publique en 2010 place la sécurité alimentaire au premier rang des priorités et fixe l objectif supplémentaire d augmenter la production agricole durable. L Allemagne compte 531 entreprises biotechnologiques; 114 autres sociétés, 89 universités et 104 instituts de recherche sont également actifs dans ce domaine. Le professeur Fabio Fava, de l université de Bologne, a présenté à l assistance le projet Namaste, lancé quinze mois plus tôt. Ce projet explore les avancées les plus récentes en matière de gestion intégrée des déchets de transformation alimentaire en Inde et en Europe à l aide de technologies d exploitation des produits dérivés
Related Search
Advertisements
Related Docs
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks