of 20

traduit du russe par Catherine Toussaint

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
R O M A N Mohamed Nedali Triste jeunesse traduit du russe par Catherine Toussaint l aube Triste jeunesse La collection Regards croisés est dirigée par Marion Hennebert Ce fichier a été généré par le service
Transcript
R O M A N Mohamed Nedali Triste jeunesse traduit du russe par Catherine Toussaint l aube Triste jeunesse La collection Regards croisés est dirigée par Marion Hennebert Ce fichier a été généré par le service fabrication des éditions de l Aube. Pour toute remarque ou suggestion, n hésitez pas à nous écrire à l adresse Éditions de l Aube, ISBN Mohamed Nedali Triste jeunesse roman éditions de l aube Du même auteur : Morceaux de Choix, l Aube, 2006 ; l Aube poche, 2007 Grâce à Jean de la Fontaine, Le Fennec, Casablanca, 2004 Le Bonheur des moineaux, l Aube, 2009 ; l Aube poche, 2010 La maison de Cicine, l Aube, À mon amie, Lisa Cligman Mizrachi. Marrakech. Le centre pénitencier de Boulemharez. Dix heures et demie du matin. Je feuilletais distraitement un magasine arabophone lorsqu un bruit de pas martelant la mosaïque du couloir attira mon attention. Je tendis l oreille : il y avait au moins trois personnes. Les pas s approchèrent, s approchèrent, ralentirent puis finirent par trépasser devant la porte de ma cellule. Le trousseau de clés du gardien tinta gaiement. Je devinai Allouch, le garde du couloir, cherchant la bonne clé. Il était rare qu il la trouvât du premier coup, m avait-il dit un jour, car toutes se ressemblaient. À la troisième tentative, la clé tourna enfin dans la serrure, à deux reprises ; la lourde porte de ma cellule gémit sur ses gonds rouillés puis s écarta dans une longue plainte aiguë. Un homme en costume bleu foncé et cravate lie de vin se détacha dans la béance éclairée, flanqué de trois gardes, dont Allouch. Je rangeai à la hâte le 9 magasine dans un coin de mon lit et me redressai en remettant un peu d ordre dans ma tenue débraillée. L homme avança d un pas à l intérieur de ma cellule ; une odeur de haut fonctionnaire s épandit dans l air : un effluve du parfum Masculin mêlé à une odeur de bon tabac jaune. Tous les hauts commis de l État sentent cette odeur qui, chez le citoyen ordinaire, déclenche instantanément un sentiment de crainte et de méfiance. Le visiteur s éclaircit la gorge. Je levai les yeux sur lui, sans insistance. Salam ouâléïkoum! Aléïkoum salam! Comment ça allait? De la main, j imitai le vol d un papillon. Il hocha la tête avec un petit air compatissant. Justement, la direction avait une bonne nouvelle à m annoncer : comme, depuis mon arrivée à la maison, mon dossier ne signalait aucune indiscipline, aucun écart de conduite, l administration avait jugé bon d interrompre ma réclusion solitaire plus tôt que prévu, preuve qu à Boulemharez, les pensionnaires qui se comportaient bien étaient récompensés, par un juste retour des choses! Je bredouillai un remerciement, voulus aussitôt ajouter quelque chose sans vraiment savoir quoi, mais n ayant rien trouvé, je dus finalement me taire, désolé et confus. 10 «À bientôt, alors!» fit l important en se retirant. Les deux gardes lui emboîtèrent le pas. Allouch s apprêtait à refermer la porte. D un geste, je lui demandai qui était le visiteur. Il tendit son cou pelé à travers l entrebâillement : «Le numéro 2 de la boîte!» me souffla-t-il. Et il referma la porte à triple tour, comme d habitude ; et, comme d habitude, j écoutai un moment son pas martelant lourdement la mosaïque ternie du couloir. À mesure qu il s éloignait en direction de la cour, le martèlement décroissait, décroissait Au tournant, il mourut tout à fait. Le lendemain vers la fin de la matinée, Allouch revint dans ma cellule accompagné des deux gardiens. L un d eux, un grand moustachu, la vareuse ornée de deux épaulettes de brigadier, m enjoignit de le suivre. Je pris mon sac et m exécutai. Le deuxième gardien se plaça derrière moi. Allouch fermait la marche. Nous avancions le long du couloir. De part et d autre, les portes des cellules défilaient, semblables et muettes comme les salles d un collège par un jour férié. Nous traversâmes la cour où les détenus faisaient leur promenade quotidienne, une vaste aire sommairement dallée avec, au milieu, un terrain de basket-ball jonché de crevasses et de nids-de-poule, les supports déglingués, les paniers de guingois. La cour était déserte et triste. Un vent poussiéreux y soufflait par intermittence, faisant vaciller les supports, grincer les paniers. Une tornade naine se déclara soudain au milieu du terrain, emportant dans sa 13 danse folle haillons, papiers, sacs de plastique éventrés D une main, le brigadier saisit son képi par la visière ; les deux autres firent de même. La tornade traversa la cour à la diagonale et alla mourir contre le mur d enceinte ; les déchets retombèrent sur le sol, moitié de ce côté du mur, moitié de l autre. Nous pénétrâmes dans le bâtiment 1, réservé aux détenus en régime commun, prîmes un escalier droit parcimonieusement éclairé au néon. Des voix et des bruits divers parvenaient de l étage, de plus en plus nettement : des appels, des sifflements, des éclats de rire, des huées, des tintements, des quolibets, des vociférations L escalier débouchait sur une espèce de carrefour où venaient se croiser trois couloirs, condamnés chacun par un portail en fer forgé à claire-voie. Derrière chaque portail se tenaient deux gardes assis sur des chaises, devisant nonchalamment à travers les barres épaisses. Au moment où nous arrivâmes dans le couloir, ils se redressèrent tous d un bond, les doigts claquant contre la visière de leur képi. Le brigadier répondit au salut par un furtif hochement de tête. Un jeune garde, le nez de travers, les mâchoires prognates, écarta le battant situé à droite. Le brigadier entra le premier, me fit signe 14 de le suivre. À peine eus-je franchi le seuil que la poignée de mon sac lâcha ; je me précipitai pour le rattraper avant qu il n atteignît le sol Trop tard : il était tombé et, en tombant, la fermeture à glissière avait craqué, vomissant une bonne partie de mes affaires sur le sol. Je m agenouillai en vitesse et me mis à les remettre dans le sac, pêle-mêle. Allouch me donna un coup de main. «La poignée et la fermeture à la fois? fit le brigadier, mi-badin, mi-railleur. Oui, bredouillai-je, les deux à la fois C est sans doute un sac marocain? ajoutat-il sur le même ton. Chinois! rectifiai-je. Eh bien, c est encore pire.» Mes affaires remises dans le sac, nous reprîmes la marche le long du couloir bruyant. Les geôles y étaient plus espacées, les portes plus grandes, peintes en un gris sale, parsemé d écailles comme les squames d une peau atteinte de vitiligo. Le brigadier s arrêta devant la geôle numéro 19. Le jeune garde déverrouilla, le battant ferré s écarta sur ses gonds en émettant un geignement sourd. Un grand barbu en survêtement bleu rayé de blanc se découpa 15 dans l embrasure, raide comme un piquet, les yeux braqués sur l entrée, les bras croisés, le corps bâti en un hercule forain. Par-dessus ses épaules carrées se tendaient quatre ou cinq têtes curieuses. «Salam ouâléïkoum! marmonna le brigadier. Aléïkoumou salam! répondit le grand barbu d une voix caverneuse. Comment va le monde de l autre côté des murs, s di Miloud?» Le brigadier pénétra à l intérieur de la geôle ; le grand barbu se déporta légèrement sur le côté pour lui livrer passage. Le visiteur fit deux ou trois pas puis s arrêta, promenant un œil méfiant et fureteur à travers la geôle. «La confusion est grande parmi les enfants d Allah!» répondit-il, enfin, sentencieux. C était une pièce plus longue que large, assez haute de plafond, éclairée par une fenêtre grillée qui (je vais l apprendre plus tard) donnait sur la cour de l établissement. Les murs étaient peints d un bleu fatigué, lépreux par endroits. Au-dessous de la fenêtre se trouvait une porte étroite qu on aurait pu prendre pour celle d un placard mural s il n y avait, au milieu, les mots chambre à eau en arabe euphémisme de 16 latrines, griffonnés avec la pointe d un clou ou de quelque autre objet pointu. Un empan plus bas, une autre main y avait ajouté, avec une écriture mieux assurée : «L hygiène relève de la foi», un hadith certifié. De part et d autre, des lits superposés se faisaient face, quatre de chaque côté. En baissant incidemment les yeux, je remarquai la présence d un étranger dans la cellule, un Européen d une cinquantaine d années, le visage empâté, les cheveux grisonnants, bien fournis sur les côtés. Il était étendu sur son matelas, les doigts entrecroisés derrière la nuque, les paupières mi-closes, l air dans les vapes. Au moment où mon regard croisa le sien, il se redressa légèrement et me salua d un signe de la main. Des sacs, des cartons et des chaussures étaient rangés pêle-mêle dans des étagères en bois situées derrière la porte, entre le chambranle et le coin du mur. Sur l étagère supérieure trônait un petit téléviseur noir, un modèle Sanyo, surmonté d une antenne de fortune, bricolée avec des fils électriques et des bandes d aluminium sommairement taillées. Par moment, la cellule dégageait un relent fétide, mélange de vieille urine, de chaussettes sales et de transpiration cumulée. 17 «Saïd Leghechim! dit le brigadier en guise de présentation. Motif du séjour : crime passionnel. Saïd est un bon garçon, ajouta-t-il. Calme, poli, instruit, respectueux Un bon coéquipier, en somme. Une seule mise en garde, toutefois : on ne touche pas à sa dulcinée. Si par malheur cela arrive, l ange se transforme instantanément en démon. Et alors, bonjour les dégâts! Humains et matériels.» Il obliqua vers moi : «Lui, me dit-il en indiquant d un coup de menton l hercule forain planté devant moi, c est Omar Derraz, le commandant de bord. Il t expliquera le règlement en vigueur sur le navire.» Le brigadier pivota sur ses talons : «Bon vent, les gars! ajouta-t-il à l intention des autres détenus. Le jeune garde referma l épaisse porte derrière lui. Les détenus regagnèrent chacun son lit ; seul Omar Derraz ne bougea pas de sa place ; le dos contre le bord du lit, les bras croisés, il me dévisageait de ses grands yeux de mollah. «Bienvenue à bord, frère! me dit-il après un silence. Voici ta cabine.» De l index, il me désigna le premier lit à droite. 18 «T en as pour combien ici? Deux ans. Comme moi! intervint un petit homme au teint olivâtre, les yeux ternes et les cheveux hirsutes. Lui, reprit Omar Derraz, c est Brahim Ladib, surnommé le Savant, parce qu il est aussi illettré qu un timbre. Les autres membres de l équipage sont : Abdeljalil Bouchekara, Driss Lekdim, Farid Bouhmine, Moustapha Boukhebza, Hassan Tâarji, et, pour finir, monsieur l ambassadeur de la République française au centre pénitencier de Boulemharez, Jean- Pierre Merdier! Berdier! rectifia l étranger. Pardon, monsieur l ambassadeur, je n arrive jamais à prononcer correctement votre nom. Faut pas le croire, me dit l étranger. C est un sacré farceur!» Il parlait lentement et roulait les R un Français du Sud, probablement. Du pied, je poussai mon sac sous le lit et m assis sur le bord du matelas. «Elle doit sûrement être un canon, me dit le grand barbu. 19 Pardon? Elle doit sûrement être un canon. De quoi parles-tu? De celle qui t a envoyé ici!»
Related Search
Advertisements
Related Docs
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks