of 7

Un dimanche en ❺ clics

0 views
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre e dimanche de l Avent Dimanche 12 décembre Un dimanche en ❺ clics ❶ Portrait biblique : Jean Baptiste Jean Baptiste dans l Écriture Jean
Transcript
Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre e dimanche de l Avent Dimanche 12 décembre Un dimanche en ❺ clics ❶ Portrait biblique : Jean Baptiste Jean Baptiste dans l Écriture Jean Baptiste est l homme du passage : de l ancienne à la nouvelle alliance, du baptême d eau au baptême d Esprit et de feu... Il est aussi celui qui s efface pour laisser toute la place à celui qui devait la prendre, et en fonction de qui il se comprend tout entier : le Christ. Témoin de l Agneau et martyr, il nous est présenté aujourd hui comme la figure phare de ce dimanche de «Gaudete», celui qui ouvre la voie et marche en avant du Fils de Dieu. Profitons de ce dimanche pour faire davantage connaissance avec ce personnage complexe qui disparaît de l Écriture aussi vite qu il y est apparu, et nous laisser, par lui, guider vers celui qui vient. La figure de Jean Baptiste se laisse déjà deviner dans certains textes de l Ancien Testament. C est du moins ce qu une relecture chrétienne de ces textes anciens autorise. Il ne s agit pas de restreindre leur sens à cette interprétation mais plutôt d enrichir notre compréhension du personnage en repérant dans quelle lignée prophétique les auteurs du Nouveau Testament ont voulu le situer. Il y a tout d abord le prophète Élie. Jean, comme lui, demeure au désert dans l attente de la manifestation du Dieu vivant. Ils portent le même vêtement, celui de prophète (2 Rois 1,8 ; Marc 1,6). L évangile lui-même, par la bouche de Jésus, atteste du rapprochement entre les deux prophètes : «Et lui, si vous voulez m en croire, il est cet Élie qui doit revenir» (Matthieu 11,14). Un messager qui prépare les voies du Seigneur est aussi annoncé par Isaïe (40,3 ; cf. Jean 1,23) et Malachie : «Le Seigneur de l univers vous répond : Je vais envoyer mon messager pour m ouvrir le chemin» (3,1). Dans le Nouveau Testament, Jean le Baptiste est l homme des commencements : dès le verset 4 du premier chapitre de l évangile selon saint Marc, il est là : «dans le désert, proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés». Et il est encore le seul homme à trouver place dans le prologue de l évangile de Jean, où il est présenté comme «envoyé de Dieu», titre habituellement accordé à Jésus : «Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean» (1,6). Cousin de Jésus par sa mère Élisabeth, elle-même cousine de Marie, il reçoit son nom de son père Zacharie, qui doit l écrire sur une tablette, privé qu il est de la parole : «Celui-ci demanda une tablette et écrivit : Jean est son nom ; et ils en furent tous étonnés» (Luc 1,63). Et si on le complète habituellement de l épithète «baptiste», c est que l essentiel de sa mission tient en sa présence sur les bords du Jourdain, présence placée sous le signe de la pénitence et couronnée par la venue de Jésus qui demande à recevoir le baptême de sa main (Matthieu 3,12 ; Marc 1,9). Ensuite, sa mission accomplie, il se retire dans le silence du désert où il «diminue» jusqu à rendre le suprême témoignage du martyre (Matthieu 14,3-10 ; Marc 6,14-29). Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre ❷ Le missel du dimanche Textes liturgiques AELF, Paris 1 e lecture : Isaïe 35,1-6a.10 Le désert et la terre de la soif, qu ils se réjouissent! Le pays aride, qu il exulte et fleurisse, qu il se couvre de fleurs des champs, qu il exulte et crie de joie! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et de Sarône. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s affolent : «Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver.» Alors s ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ils reviendront, les captifs rachetés par le Seigneur, ils arriveront à Jérusalem dans une clameur de joie, un bonheur sans fin illuminera leur visage ; allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s enfuiront. Psaume 145,7-10 Le Seigneur fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain, le Seigneur délie les enchaînés. Le Seigneur protège l étranger. Il soutient la veuve et l orphelin. D âge en âge, le Seigneur régnera. Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes. 2 e lecture : Jacques 5,7-10 rères, en attendant la venue du Seigneur, ayez de la patience. Voyez le cultivateur : il attend les produits précieux de la terre avec patience, jusqu à ce qu il ait fait la première et la dernière récoltes. Ayez de la patience vous aussi, et soyez fermes, car la venue du Seigneur est proche. Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte. Frères, prenez pour modèles d endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. Évangile : Matthieu 11,2-11 ean le Baptiste, dans sa prison, avait appris ce que faisait le Christ. Il lui envoya demander par ses disciples : «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?» Jésus leur répondit : «Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi!» Tandis que les envoyés de Jean se retiraient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : «Qu êtes-vous allés voir au désert? Un roseau agité par le vent?... Alors, qu êtes-vous donc allés voir? Un homme aux vêtements luxueux? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Qu êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Oui, je vous le dis, et bien plus qu un prophète. C est de lui qu il est écrit : Voici que j envoie mon messager en avant de toi, pour qu il prépare le chemin devant toi. Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui.» Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre ❸ La Parole commentée Le précurseur et le Sauveur Homélie de frère Pierre-Marie (Avent 1998) ean Baptiste et Jésus. Le Précurseur et le Sauveur. Deux voix qui retentissent. Deux interrogations qui se croisent. Par-delà les siècles qui passent, elles remontent jusqu à nous et, une fois de plus, interpellent nos vies. La première qui parvient jusqu à nous en ce jour, monte des profondeurs d une prison (Mt 11,2). Elle a donc toute la valeur du témoignage de celui qui sait que ses jours, ses heures peut-être sont comptés. Mais elle est longue la nuit qui plonge dans la ténèbre l espérance et la foi du témoin de la lumière (Jn 1,17)! Et les bruits du dehors qui parviennent à son cachot, Jean ne sait plus comment les interpréter, dans le noir de sa solitude. Il envoie donc demander à la lumière du dehors, ce qu il n arrive plus à comprendre dans sa propre nuit, ou que ses disciples ne parviennent pas à comprendre encore, dans le plein jour (Lc 7,1825) : Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre? (Mt 11,3). Dans cette question est contenue toute la substance de l interrogation ultime qui marque les plus grands saints, et la démarche ultime de toute vie de foi. Un jour, c est vrai, Jean a vu l Esprit, tel une colombe, descendre du ciel et demeurer sur lui (Jn 1,32). Ce jour-là, le ciel s est ouvert, et la voix du Père lui-même l a désigné à ses oreilles comme le Fils bien-aimé (Lc 3,22). Mais que fait donc aujourd hui Jésus, l Élu de Dieu (Jn 1,34)? Celui qui vient derrière moi est plus puissant que moi, avait proclamé Jean en parlant de celui qui tient dans sa main la pelle à vanner et porte la cognée à la racine des arbres (Mt 3,10-12). Mais alors, pourquoi le pays occupé n est-il pas encore libéré, si ce Jésus est l envoyé du Tout-Puissant? Pourquoi le règne de justice et de paix annoncé par les prophètes avec la venue du Messie, n est-il pas encore instauré, s il est le messager du Dieu Très Haut? Et si, dans l illumination de sa contemplation du Verbe incarné, Jean a reconnu en Jésus, plus spirituellement encore, le véritable Époux, jusqu à en être ravi de joie (Jn 3,29), que peut-il encore en penser aujourd hui? Ne viendra-t-on jamais le délivrer ou le visiter dans sa prison? Et ainsi, aussi, au dehors, s interrogent, et peut-être plus encore, les disciples du Baptiste. Le mal est sournois. Le Tentateur est tenace. Et le silence est long et lourd entre les murs nus d une cellule carcérale. Et c est comme à tâtons que nous cheminons tous dans la foi et qu au cœur de nos épreuves nous nous interrogeons en face du silence de Dieu. Au soir d une rude vie de difficultés, sainte Bernadette elle-même en arrivait, sûre pourtant d avoir vu et entendu la Vierge Immaculée lui apparaître plus de dix fois sur le rocher de Massabielle, à murmurer : «Et si je m étais trompée?» C est dans la persévérance que se forge la sainteté! Le saint curé d Ars lui-même, témoin tout au long de sa vie de tant de prévenances de la grâce omniprésente de Dieu, s entendait parfois interroger : «Et s il n y avait rien après?» C est dans le refus du doute que l âme grandit et s affermit! Et sainte Thérèse de Jésus, si comblée pendant des années, en arrive à dire trois mois avant sa mort : «Mon âme est exilée, le ciel est fermé pour moi et du côté de la terre c est l épreuve aussi». C est par la mort du vieil homme que l on entre dans la Vie! Saint Jean de la Croix, comme tous ceux qui s efforcent de s approcher de Dieu, le sait bien. On ne peut monter vers la pleine lumière qu au travers de «la nuit» et des «nuits». De la nuit des sens, de la nuit de l intelligence et de la nuit de l esprit. Ainsi, pas à pas, le feu de Dieu purifie-t-il nos âmes. Frères et sœurs, voici 2000 ans que le Christ est né, que le Sauveur nous a été donné, annonçant et instaurant un règne de Justice, de Vérité, d Amour, de Lumière, de Douceur et de Paix. À voir le monde tel qu il est, on pourrait se prendre parfois, sinon à désespérer, du moins à s interroger : Es-tu * Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre? Oui, est-il pour nous celui qui devait venir et doit encore venir ou sommes-nous encore à en attendre un autre? Et peut-être, qui sait, à ne plus attendre rien d autre? La réponse de Jésus aux envoyés du Baptiste vaut encore autant pour nous que du jour où il a dit de la rapporter à Jean. Et quelle est cette réponse? Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres (Mt 11,5). Il est vrai que le monde reste toujours aussi marqué par la faim, la violence, l injustice et la division. Et, à la vérité, le règne de la paix est loin d être établi! Mais est-ce bien là tout ce que nous voyons et entendons (Mt 11,4)? Frères et sœurs, écoutons donc et regardons! Nous étions tous, de quelque manière, aveugles, boiteux, sourds, lépreux et pauvres. Et peut-être parfois comme morts! Comment, par nous-mêmes, aurions-nous pu découvrir la lumière? Comment aurions-nous pu avancer seuls sur la bonne route? Entendre la vérité? Guérir de nos fautes? Nous enrichir d une Bonne Nouvelle? Retrouver le goût d une vie immortelle? Et voici, nous en sommes témoins, que le Christ est passé en nos vies. Oui, après tant d autres qui, depuis 2000 ans, se sont mis à voir, marcher, entendre, être guéris et enrichis, à revivre, voilà que quelque chose d essentiel a changé sur la face de la terre et au plus profond de nos coeurs. Oui, notre grand Dieu et Seigneur Jésus Christ a réellement fait voir des aveugles, entendre des sourds, marcher des boiteux ; il a vraiment guéri des lépreux et évangélisé des pauvres. Et que d âmes mortes, par suite du péché, ont pu, dès ici bas, ressusciter! Actuellement encore, et ici même, il nous donne à tous de voir, d entendre, et de marcher. D être enseignés et pardonnés. De revivre dans une promesse d éternité. Il nous faut savoir reconnaître et proclamer la réalité de cette merveille! Tours les jours, en nos propres vies et en celles d autrui, nous en sommes témoins. Et en cet aujourd hui, nous nous plaisons une fois de plus à en rendre grâces. * Après la question de Jean Baptiste éclairée par la réponse de Jésus, alors et enfin, vient la question sur Jean Baptiste, toujours posée par Jésus. Elle vaut encore pour nous. En vérité, je vous le dis, parmi les enfants des femmes, il n en a pas surgi de plus grand que Jean Baptiste (Mt 11,11). Frères et sœurs, ce n est pas en vain que Jésus nous désigne ainsi, parmi tous les hommes, l exemple incomparable de saint Jean Baptiste. Car il a toujours quelque chose de capital à nous dire ; un rôle essentiel à jouer dans nos vies. L Avent nous redit chaque année de ne pas l oublier. Il nous faut regarder Jean Baptiste. Il nous faut le suivre et l écouter. Si le Seigneur, à la plénitude des temps (Ga 4,4), a choisi ce petit enfant, pour en faire le prophète du Très Haut (Lc 1,76), c est parce qu il a voulu que ce précurseur continue à préparer les voies du Seigneur (Mt 3,3) pour la suite des temps. Nul mieux que lui ne peut nous désigner l Agneau de Dieu. Nul mieux que lui ne peut nous enseigner à faire décroître le moi en nous, afin que le Christ grandisse (Jn 3,30). Et nul comme lui ne saura mieux nous révéler le secret de cette joie parfaite dont il est le premier au monde à avoir su si bien parler. En ce dimanche de Gaudete nous pouvons le supplier d intercéder pour nous auprès du Christ, pour qu il nous la donne, à nous aussi, cette joie, comme promis, en plénitude (Jn 15,11 ; 16,22 ; 17,13). Au seuil de la dernière année de ce millénaire, il y a sans nul doute une grâce toute particulière à revenir à l écoute du plus grand des prophètes. C est lui qui nous montrera vraiment pourquoi le plus petit dans le Royaume des cieux est encore plus grand que lui lui, le plus grand des enfants des femmes (Mt 11,11), car ce plus petit, le plus petit des tout petits c est quel mystère le Dieu éternel devenu pour nous petit enfant. Dans un an, cela fera 2000 ans. Et dans quelques jours, ce sera aujourd hui. L aujourd hui du Dieu de toujours. Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre ❹ Prier avec les Pères De Guerric d Igny, au XII e siècle armi les enfants des femmes, dit Jésus, il n en a point surgi de plus grand que Jean Baptiste.» Salomon avait déclaré : «Que ce soit ton prochain qui te loue, et non ta propre bouche». Mais quel bonheur bien plus grand et quelle gloire pour quelqu un d être loué par la bouche de son Dieu! Car Dieu est incapable d erreur ni de flatterie. Il ne loue pas quelqu un dont il voit qu il pourrait tirer vanité de cette louange ou dont il prévoit la réprobation finale. Heureux celui qui peut se savoir digne d amour par le témoignage du juge lui-même. Le témoignage de l Enfant de la Vierge est clair : ni parmi les saints du passé, ni parmi les autres enfants des femmes, «aucun n a surgi de plus grand que Jean Baptiste». Certes, une étoile diffère d une autre en clarté, et dans le chœur des saints astres qui, avant le lever du vrai Soleil, ont éclairé la nuit de ce monde, quelques-uns brillèrent d un certain éclat ; aucun cependant d eux tous ne fut plus grand et plus resplendissant que cette lueur matinale, cette lampe ardente et lumineuse préparée par Dieu pour son Christ. Lueur matinale, dis-je, astre de l aurore, précurseur du Soleil, qui annonce aux mortels l imminence du jour, et, crie à ceux qui dorment dans les ténèbres et l ombre de la mort : «Convertissez-vous, car le Royaume des cieux approche». Comme s il disait : «La nuit s avance, le jour approche ; dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière». «Réveille-toi, dormeur, lève-toi d entre les morts, et le Christ t illuminera.» Sermon pour la Nativité de Jean Baptiste 3,1-2 ❺ «Art & prière» Matthias Grünewald Le retable d Issenheim ( ) Musée Unterlinden de Colmar n 1512, le peintre Mathis Gothard Nithard, plus connu sous le nom de Grünewald (1475-vers 1528), reçoit commande du couvent des Antonins d Issenheim, à une vingtaine de kilomètres de Colmar, de peindre des volets pour le retable sculpté du maître-autel de leur église. Il en résulte une œuvre de grandes dimensions (3,30m de haut et 5,90m de large), comprenant une double série de volets s ouvrant sur la caisse sculptée. Le retable fermé représente la Crucifixion encadrée par les images de saint Sébastien à gauche et saint Antonin à droite. Si la représentation de la crucifixion Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre est courante sur les retables, le traitement qu en fait Grünewald est caractérisé par un volontaire dépouillement de la scène réduite à quelques acteurs et par la violente émotion qui s en dégage. Sur un ciel presque noir se détachent le Christ crucifié, Marie soutenue par le disciple bien-aimé, Marie-Madeleine, saint Jean Baptiste et l agneau pascal. Pour exprimer l intensité exceptionnelle de la scène, en ce moment tragique de la mort du Christ, Grünewald marie de façon étonnante réalisme (le corps du Christ porte les marques de la flagellation, y compris les épines ; les clous déchirent ses mains et ses pieds) et irréalisme (le corps du Christ, grandi jusqu à la démesure, fait ployer la traverse de la croix). Au pied de la croix, Marie, silhouette cassée, rejetée en arrière, est soutenue par le disciple bienaimé, dont le visage est crispé par la douleur. Marie- Madeleine, agenouillée, joint ses mains dans un geste de déploration. De l autre côté de la croix, saint Jean Baptiste, solidement campé sur ses jambes, fait contraste en ne participant pas à l émotion violente des autres personnages. Son rôle est, une fois encore, de désigner l Agneau. Ce n est pas pourtant la phrase attendue «Voici l Agneau de Dieu» qu on peut lire dans la «bulle» qui surmonte son doigt tendu, mais cette autre de l évangile de Jean, qui prend toute sa valeur de prophétie : Illum opportet crescere, me autem minui (Il faut qu il croisse et que je diminue). Jean est accompagné de l agneau qui saigne dans le calice, élément traditionnel de son iconographie. La première ouverture du retable est constituée de quatre panneaux qui représentent, de gauche à droite, l Annonciation, la Nativité et le concert des anges, la Résurrection. L Annonciation se déroule dans une église gothique du type de celles de la région du Rhin supérieur. Grünewald évoque l apparition soudaine de l Ange Gabriel par le mouvement de son manteau qui se relève de façon peu réaliste, tandis qu on ne sait pas si ses pieds touchent effectivement le sol. Dominant la Vierge de sa grande taille, il surprend la jeune fille au moment où elle médite la prophétie d Isaïe ; on peut lire sur le livre ouvert devant elle, au centre de la scène : Ecce virgo concipiet et pariet filium et vocabitur nomen eius Emmanuel (Voici que la vierge concevra, elle enfantera un fils et il sera appelé Emmanuel). La scène veut donc représenter le moment précis où la prophétie se réalise. Dans l angle supérieur gauche, le peintre a représenté le prophète Isaïe. Fraternités de Jérusalem Route de Noël décembre La Nativité occupe les deux panneaux centraux de la première ouverture. C est une nativité originale, sans étable, sans âne ni bœuf. Assise dans un jardin clos qui rappelle sa virginité, Marie, à la fois monumentale dans sa robe rouge, et tendre, tient l enfant Jésus dans ses bras. Une émotion intense se dégage de ses gestes et surtout des regards qui plongent l un dans l autre. La scène est dominée par une vision cosmique où Grünewald esquisse Dieu le Père dans une mandorle dorée au milieu d une foule d anges. La musique céleste est évoquée sur le panneau de gauche, dans une construction audacieuse aux colonnes décorées de fleurs et de feuillages
Related Search
Advertisements
Related Docs
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks